Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 09:00

Arnaldur Indridason est un écrivain islandais de romans policiers. Je l’ai découvert lors de la préparation du voyage en Islande qui fait l’objet de quelques articles dans ce blog.

Ces histoires se déroulent dans son pays, tout au nord de l’Europe, et baignent dans la rudesse du climat, dans la nature souvent sauvage, dans les grandes étendues désertiques et dans la chaleur humaine de ce peuple. Au détour d’une page un nom, une description me replongent près de 2 ans en arrière, dans ce voyage qui reste l’un des plus variés et des plus agréables. Voir Voyage Islande.

Dans l’homme du lac, un cadavre, lesté d’un appareil de transmission russe, est découvert à l’occasion de la baisse des eaux du lac Kleifarvatn, près de Reykjavik. Le commissaire Erlendur Sveinsson, héros récurrent des romans de cet auteur, conduit l’enquête en compagnie de son équipe habituelle, Sigurdur Oli, Elinborg. Une Ford Falcon constitue son premier indice.

Le livre nous plonge dans les relations qu’entretenait l’Islande avec les pays communistes et, en particulier, l’Allemagne de l’est pendant la guerre froide. Les étudiants islandais partaient y étudier  et se retrouvaient pris dans les rets de services d’espionnages prompts à les engager. On y découvre aussi les pratiques des espions de tous les bords, dans ce tranquille pays de pêcheurs, mais qui abritait une importante base militaire des états-unis.

En parallèle de l’enquête policière, une traque plus humaine trame l’histoire.

 Si le suspens s’évente un peu rapidement à mon goût, la traduction rend un style agréable à lire. Au-delà de l’intrigue, ce livre permet avant tout de se familiariser avec l’Islande et d’en découvrir les contradictions. 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires