Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 07:00

Inside-Llewyn-Davis---Ethan---Joel-Cohen.jpgRéalisé en 2013 par Ethan Coen, Joel Coen, avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake, etc.

 

En 1961, dans le Village (comprendre Greenwich Village) à New York, Llewyn Davis tente de gagner sa vie en interprétant ses chansons folk. Il a bien enregistré un disque dont les invendus encombrent l’arrière boutique de son producteur, mais les engagements sont rares et souvent ceux de bars de deuxième zone.

 

Les rafales du vent froid hivernal balaient les rues et n’ayant pas même de quoi s’acheter un manteau, Llewyn squatte chez des amis ou des connaissances ; ils n’en peuvent plus de l’accueillir sur leur canapé. Pour rompre la série d’échecs, il décide de se rendre à Chicago rencontrer Bud Grossman, un agent et patron de salle de spectacle très influent.

 

Ce film brosse le portrait d’un perdant, qui foire tout ce qu’il entreprend, fait les mauvais choix, renonce à ses droits d’auteurs sur un futur tube, mais qui vit pour sa musique. Elle est d’ailleurs (comme dans Alabama Monroe) le cœur du film et on y découvre de belles chansons et de jolies interprétations. 

Logo Aime1

Il y croit, llewyn, si ce n’est à son talent, du moins à son opiniâtreté à réussir. La marine marchande, il a déjà donné ; ça nourrit le corps mais non l’âme. Alors il entreprend et parfois, il se laisse aller à des colères ou des gestes que bientôt il regrette et doit ravaler son ego. 

 

On croit d’emblée à la sincérité d’Oscar Isaac qui habite le rôle. On s’amuse du chat roux qui ponctue de nombreuses scènes, le trouvant quand même bien calme pour accepter tous les trajets que lui impose Llewyn. 

 

Bravo pour ce beau film, et une caresse pour le chat (dont le nom lui correspond si bien !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article

commentaires