Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 07:39
Pride - Matthew Warchus

Réalisé en 2014 par Matthew Warchus avec Bill Nighy, Imelda Staunton, Paddy Considine, etc.

En cet été 1984, Margareth Thatcher, la dame de fer sur laquelle Renaud, transformé en chien, se soulageait, dirige avec fermeté le Royaume Uni. Elle veut fermer une vingtaine de mines de charbon qui ne rapportent plus de bénéfice. Le syndicat des mineurs vote la grève générale qui durera un an.

A Londres un groupe de gays et lesbiennes qui luttent pour affirmer leurs droits décide de soutenir les mineurs et quêtent pour recueillir de l’argent. Ainsi est fondé le mouvement « Lesbians and Gays Support the Miners», le LGSM. Ils choisissent un village reculé du Pays de Galles pour apporter leurs dons. Mais, la solidarité d’un groupe d’homosexuels n’est pas du goût de tous les mineurs, milieu viril dans lequel il ne fait pas bon s’afficher gay.

Ce formidable film nous plonge dans deux communautés éloignées malgré un combat finalement similaire pour qu’elles puissent vivre dignement. Il nous fait appréhender ce que fut ce régime qui mit à mal l’industrie britannique et qui, sous la toute puissance d’un libéralisme amoral, cachait mal son mépris des petites gens. Il est touchant de reconnaître, dans la souffrance de ces mineurs dépossédés du droit à gagner leur vie, mille et une histoires contemporaines. Les temps changent mais la violence des relations sociales et ma primauté du profit demeure.

Il nous fait pénétrer la communauté gay et les vexations, le mépris dont elle faisait l’objet. Entre les mineurs et les homos va cependant se nouer un dialogue comme une métaphore de la vie et de la solidarité.

On peinerait à reconnaître un rôle principal tellement le film met à l’honneur une galerie de personnages d’une grande justesse. C’est toute la force de ce cinéma anglais, héritier d’un Ken Loach, qui excelle dans ces drames sociaux, entremêlant la dureté des vies et un humour acerbe, ravageur. Humour, émotion, Histoire contemporaine, une reconstitution des années 80 dans laquelle on constate que si notre société a évolué positivement pour les homos, elle a poursuivi une approche sociale rugueuse dont l’humain a définitivement disparu au profit de l’argent.

Un film remarquable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article

commentaires