Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 09:18

La célébrité d’Annie Ernaux vient du succès de ce livre Les années, qui a obtenu de nombreux prix dont le prix Mauriac 2008 ou Prix de la langue française 2008.

Annie Ernaux raconte près de 70 années de la vie d’une femme, depuis 1940 à nos jours. L’héroïne pourrait être Annie Ernaux mais elle pourrait aussi n’emprunter que certains souvenirs et traits de caractère de l’auteur.  Ce livre serait donc une sorte d’autobiographie romanesque.

Le style déroute pendant les premières pages: Des phrases courtes, assertives, à l’imparfait, temps qui sera celui de tout le livre. Peu à peu cependant, je me suis habitué à l’écriture et j’ai suivi l’héroïne sur le chemin de sa vie. J’y ai retrouvé parfois mes propres réminiscences d’un passé que j’aurais pu croire davantage enfoui.

A l’occasion d’une marque, d’un slogan publicitaire ou d’un évènement que j’avais oublié, me voici replongé des années en arrière ; Ce sont des dizaines de petites madeleines de Proust qu’Annie Ernaux laisse au fil des pages comme le petit Poucet semait des cailloux ; sauf qu’ici les gâteaux jalonnent la vie de l’héroïne et nous entraînent vers notre propre passé.

Ce livre se lit avec grand plaisir ; pas de suspens, pas de scènes d’actions ; pas de style brillant ; pas de pensées profondes, pas de réflexions fulgurantes mais des sensations, des souvenirs et des émotions.

En cherchant ce livre j’étais tombé sur d’autres écrits d’Annie Ernaux ; j’aurai l’occasion d’en parler mais "Les années" m’a davantage plu que tous les autres.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 08:49

Un vieux bijou andin dans la poche, je parcours les mines d'émeraudes à la recherche des quelques pierres digne de l'orner et de resplendir au cou de ma bien aimée. 

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 09:15

Un oiseau dont je me dis que les couleurs pourraient être plus vives, et voilà le désir du jour. 

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 09:01

Orson Scott Card est le créateur du cycle d’Ender et des Chroniques d’Alvin le Faiseur. L’homme transformé rassemble 11 nouvelles d’angoisse. Publié en 1990, les nouvelles de L’homme transformé sont parfois plus anciennes.

J’ai trouvé les nouvelles inégales ; seules 2 ou 3 surnagent plusieurs jours après la lecture. Dans une préface intéressante, Orson Scott Card explique qu’il n’a pas souhaité écrire des histoires de terreur mais plutôt d’angoisse, cette sensation qui nous envahit lorsque nous savons que quelque chose d’inquiétant existe amis que nous ne l’avons pas encore vu.

Parmi les nouvelles que j’ai retenues, je signale les Euménides, divinités que les lecteurs de « Les bienveillantes » de Jonathan Littell connaissent bien.

Les récits, faciles à suivre, bien ancrés dans le réel, offrent un divertissement charmant à qui apprécient les situations insolites, absurdes et irréelles.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 08:56

Je navigue avec précaution dans la mangrove de Guyane lorsque j'aperçois quelques tortues qui se déplacent entre deux eaux. Pris d'une brusque envie, je me débarasse de mes vêtements (sur le moment je ne pense pas aux piranhas) et pars nager avec ces tortues. Dans le ciel, une fusée Ariane V laisse une trainée de feu.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 08:55

 Réalisé par Bernard Werber en 2007, avec Pierre Arditi, Audrey Dana, Boris Ventura Diaz.

L’idée de base séduit, sans pour autant déborder d’originalité : Des extra-terrestres étudient les humains comme nous étudions les termites ou les singes : leurs mœurs, leur vie en communauté, leur parade nuptiale, l’organisation hiérarchique, etc.

Bernard Weber en réalise malheureusement un petit film ; nos amis les terriens enchaîne les situations banales et ne parvient jamais à trouver le ton juste ; il hésite entre documentaire scientifique, comédie et philosophie de comptoir. Nos amis les Terriens, assène quelques vérités sur la dégénérescence de notre civilisation … mais cela tombe à plat car c’est tellement gros !

Alors si vous avez 2 heures à perdre … lisez, allez vous balader, rêvassez, mais éviter ce film !

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 08:45

Ce désir joue sur les divers sens du mot épervier. L'épervier est d'abord un poisson des mers chaudes, et, en particulier des récifs coraliens. C'est aussi un filet de pêche lancé depuis le rivage ou depuis une embarcation, piégeant le poissons en retombant. Retenu par un fil en son milieu un aspect conique s'en dégage dans le mouvement. J'ai trouvé amusant de jouer sur ces deux acceptions.

L'épervier est également un oiseau rapace, mais cela ne présente que peut d'intérêt pour ce désir-ci qui s'autorise la loufoquerie certes mais l'absurdité point!

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 09:00

Cendrillon, d’Eric Reinhardt est un roman inclassable, foisonnant, difficile à résumer.  Il raconte une tranche de vie, une saison, d’un auteur qui se décrit comme étant Eric Reinhardt et la vie beaucoup plus complète de plusieurs autres personnages.

Déconcertant au début, rebutant pour un lecteur chérissant la linéarité et la clarté, le roman s’aborde plus facilement une fois saisi que les personnages sont des avatars de Eric Reinhardt, des possibilités de lui-même, des vies qu’il aurait pu vivre.

Ainsi Laurent Dahl, Patrick Neftel et Thierry Trockel apparaissent comme des doubles potentiels et avortés du narrateur. Leurs histoires se croisent d’ailleurs parfois à la faveur de quelque évènement qui donne au lecteur des morceaux de clefs.

Eric Reinhardt explore dans Cendrillon plusieurs thèmes ; l’automne, affirmé comme sa saison préférée et qu’il décrit avec enthousiasme et volubilité ; la cambrure des pieds ; les relations à un père souvent humilié et en échec. Les aventures sexuelles des personnages souvent faiblement oniriques occupent peu de pages mais elles marquent l’esprit.

Mais ce que j’ai adoré dans Cendrillon, c’est le monde des « traders » en bourse ! Le roman a été publié en 2007, avant que la crise financière n’éclate et tout y apparaît déjà clairement.

La description de ce monde et l’explication des mécanismes financiers mis en jeu confinent au sublime. Le pouvoir des hedge funds capables de piloter le destin des entreprises en vue de plus d’immédiats profits ; la spéculation qui a depuis longtemps renversée la stratégie, les développements long terme et la confiance ; le monde absurde des traders brassant des centaines de millions ou des milliards ne leur appartenant pas et où le seul but de leur vie devient « gagner plus » (comment se contenter de se gaver avec 5 millions de dollars par an si d’autres se goinfrent avec 15 millions ?). On y apprend que les traders manipulent des dolls (1 doll = 1 million de dollars) bien loin de l’univers enfantin et de ses poupées !

Un puissant dégoût monte à la lecture de ces pratiques malsaines qui n’ont aucun lien avec l’économie réelle et dans lesquelles, malgré la crise monumentale qui frappe, le monde continue de se plonger avec inconscience, porté et aveuglé par sa caste dirigeante qui y a, elle, intérêt. Permettez moi d’emprunter une image : Un lapin dont la tête est coincée dans un grillage et qui tente inlassablement de pousser plus fort en avant pour essayer de passer, sans avoir l’idée de reculer !

Rien que pour l’éclairage sur les pratiques des traders et pour la vraie ou fausse interview de Louis Schweitzer, ex PDG de Renault, ce roman vaut la peine d’être lu.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 19:30

Un scarabée laisse de minuscules traces dans le sable chaud. Sous les rayons d'un soleil déclinant, les couleurs dansent et se magnifie.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 13:57

Dans une vieille maison à colonnes, le ventilateur grinçant peine à donner quelque fraicheur. Alangui, un verre de mojito glacé dans la main, je me balance sur une chaise, les pieds posés sur la table. Je tire sur mon cigare et j'exhale des volutes de fumée à l'odeur acre.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article