Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 08:58

Réalisé en 2009 par Bryan Singer avec Tom Cruise, Carice Van Houten, Bill Nighy.

L’opération Walkyrie, encore connue sous l’appellation Complot du 20 juillet 1944, faillit bien changer le cours de la deuxième guerre mondiale. Elle recouvre le complot organisé par des officiers Nazis pour assassiner Hitler. Elle échoua malheureusement et ses instigateurs moururent de leur audace ou de leur courage.

Tom Cruise joue un colonel Klaus von Stauffenberg assez crédible, bien que ses motivations pour changer le cours du conflit aurait mérité un certain approfondissement. Car ces officiers, s’ils condamnaient les tueries de masses ne me semblaient pas opposés aux fondements mêmes du régime nazi qu’étaient la suprématie de la race Aryienne et le besoin d’étendre la domination de l’Allemagne sur l’Europe.

Tom Cruise le scientologue incarne un héros de la résistance allemande : le mélange des genres prête à sourire tant l’idéologie de la scientologie est controversée. Chacun jugera.

La reconstitution minutieuse de l’opération constitue un atout indéniable du film ; la tension dramatique ne se relâche pas alors même que l’issue est connue de tous, et j’ai finalement passé un agréable moment.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 09:38

Si Chronos répondait à mes sacrifices et m'accordait un voeu, je remonterais le temps. J'arpenterais les Pyrénées en ce 11 novembre 2004 pour éviter qu'un chasseur n'abatte la dernière ourse autochtone du massif.

Un chasseur, 75 kg de chair et de sang, investi du pouvoir de tuer, dans un inégal et lâche combat; un chasseur, de race humaine sans une once d'humanité, terminant le massacre systématique perpétré par ses coreligionnaires tant il vrai que pour ces gens là la nature n'est qu'un terrain de jeu; un chasseur éradiquant de la terre une espèce Pyrénéenne endémique; un chasseur se prenant pour Dieu qui se prend pour le Diable.

Bien sûr qu'après avoir entendu les menaces des disciples du Dieu cornu contre ces animaux qui, eux, n'attaquent pas par plaisir, on accordera foi à la thèse du chasseur tirant en état de légitime défense! Bien sûr, nous sommes tellement naïfs!

Bien sûr que les chasseurs contribuent au maintien de zones d'habitation de gibier! il faut bien qu'ils puissent assouvir ce besoin de tuer, cette envie de voir les bêtes impuissantes maculées de sang, cette passion pour les oiseaux tombant du ciel le corps transpercé de mitraille, cette jouissance à contempler les derniers moments d'un lièvre agonisant sous les jappements des chiens.

Toi, chasseur, morituri te salutant.

Toi, Canelle, Sit tibi terra levis.

Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 08:56

J'ai quitté ce matin la chambre moite que les efforts du ventilateur ne parvenaient pas à rafraîchir. J'ai loué une embarcation vieillissante et les services d'un vieux saïgonais, qui avait servi sous les Français.

Nous remontons le Mékong jusqu'à trouver des grappes de longanes mures à point dont je m'empiffre sans honte, avec le sentiment d'honorer les dieux du fleuve et la terre fertile. 

Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 09:01

Avec Trois hommes seuls, Christian Oster a produit un livre étonnant. Superbement écrit d’une langue fleurant bon les récits d’autrefois quand le passé simple régnait en maître et que les accordances des temps resplendissaient de subjonctifs !

Trois personnages masculins sont au cœur du roman : Marc, Cyril Kontcharski et Serge Ganz le narrateur.

Serge, séparé de sa femme, s’accommode fort bien de la solitude. Il a rencontré dans un club de tennis  Marc, gérant de boite de nuit, qui vit également seul et ne voit son fils que de loin en loin.

Marie, l’ex compagne de Serge, résidant en Corse,  le contacte un jour pour lui demander de lui rendre une chaise. Serge propose alors à Marc de l’accompagner, lequel invite Kontcharski, un ancien funambule.

Les trois hommes partent ensemble pour l’île de Beauté dans un voyage marqué par les silences, les rapprochements, les similarités et les éloignements. Comme le titre le laisse deviner, ces trois hommes s’ancrent dans une solitude similaire.

Le rythme lent, à l’unisson des pensées du narrateur, illustre les réflexions sur le temps qui s’écoule sans qu’on en soit parfois conscient et surtout sur le besoin de l’autre même si l’on affirme bien vivre ou rechercher son isolement. Il n’y a pas de solitaire heureux semble vouloir nous dire Christian Oster.

Un livre que je conseille, un peu pour l’histoire, certes, mais surtout pour cette langue narrative, légèrement désuète.

Ce livre est sélectionné pour le prix du livre inter 2009.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 10:00

Dans le salon dépouillé de mon patron, assis sur mes talons, je contemple le sabre posé devant moi. Légué par mon grand-père, qui régna sur ce quartier avec un paternalisme qui n’excluait pas une implacable sévérité, il ne brille plus aujourd’hui de ce sang rouge vif qui le baigna si souvent.

Après tant d’années à orner un mur, il revivra ce soir.

Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 08:55

Traques de Frédérique Clémençon raconte les histoires de 4 personnages en rupture avec la société ; non pas des marginaux, mais des êtres excluent par le monde bien pensant ou en proie à l’abject et inhumain comportement de certains.

On y rencontre Elisabeth, qui décline dans une maison de retraite, bulletins d’évaluation à l’appui. Vincent, employé d’un grand groupe, ne se reconnaît plus dans son entreprise et son comportement se délite.  Jeanne, a fuit sa famille étouffante. Anatole, pourchassé comme tant d’autres (dans une figure archétypale du juif, du bosniaque, de l’arménien, du Tutsi, de tout groupe pourchassé pour son appartenance ethnique ou religieuse dans des mouvements dont seule la race humaine à l’immonde secret) et qui s’enfuit de pays en pays.

Les vies de chacun de ces personnages, se croisent dans un récit à quatre temps. Chacun tente de ne pas se laisser digérer par la société et de résister même si cela signifie parfois abandonner ou s’abandonner.

Ce roman m’a fait penser aux tableaux des maîtres du pointillisme. La quatrième de couverture évoque la prose éblouissante de Frédérique Clémençon. On comprendra le commentaire sans toutefois y adhérer. Le livre aurait mérité une figure plus politique, un personnage, traqué certes, mais plus révolté.

Pour mon premier contact avec cette écrivaine, c’est une bonne surprise.

Ce livre est sélectionné pour le prix du livre inter 2009.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 08:59

Réalisé par Frédéric Auburtin en 2009.  Avec Gérard Lanvin, Gérard Jugnot, Omar Sy

Un journaliste français et son technicien sont envoyés en Afghanistan par une radio parisienne couvrir le conflit. Ayant perdu l’argent et les billets du voyage, ils improvisent depuis un hammam de Barbès les reportages censés se passer sur le terrain.

Cette comédie menée par Gérard Lanvin et Gérard Jugnot s’en prend aux reportages bidonnés, à la totale absence de recul de l’univers médiatiques où les nouvelles sont reprises sans être mises en doute ou vérifiées. Petit à petit, les mensonges, sur le point d’être découverts, en entrainent de plus gros.

Le film égratigne aussi les déploiements de solidarité qui accompagnent toute prise d’otage digne de ce nom, les profiteurs de tous poils venus mettre leur notoriété au profit d’une cause dont ils sentent que leur image pourrait bénéficier.

Si le film vise juste parfois, il s’encombre d’une histoire d’amour et de cocufiage qui sert de prétexte à l’évolution du film mais qui dilue l’intention dans le futile.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 09:00

Dans ce chalet glacial où, seul, je passe le réveillon du nouvel an, le froid a dessiné sur les vitres de magnifiques arabesques. Le givre est un sculpteur que les élèves des Beaux Arts tenteraient vainement d'égaler.

Puurtant, de mon souffle tiède, je détruis cette éphémère beauté et donne naissance à une minuscule source. 

Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 09:44

Que dire de ce roman de style « Fantasy » , mon premier contact avec Anne McCaffrey ?

Il se lit facilement pour qui apprécie tant soit peu ce style. La traduction est limpide.

Acorna constitue le premier tome d’une quadrilogie, « La petite licorne ». Le sujet s’explicite aisément. Dans le futur, trois mineurs d’astéroïdes, découvrent une minuscule capsule spatiale contenant une petite fille, manifestement non humaine : une licorne à en juger la proéminence au milieu du front.

Baptisée Acorna, la licorne grandit auprès des mineurs et apprend leur langue et leur mode de vie. Elle possède quelques menus pouvoirs comme celui de purifier air et eau, de guérir les blessures, de détecter le poison.

Les mineurs échouent sur une planète pratiquant l’esclavage des enfants et se lient avec un puissant vieillard qui le combat ; Acorna deviend l’égérie de ce combat.

Certes, je n’ai pas encore rencontré de licorne et ses pouvoirs surprennent, mais le monde que construit Anne McAffrey est finalement peu différent du notre et l’histoire se transpose facilement à notre époque. Si on oublie les vaisseaux spatiaux, la licorne et certains gadgets, le roman pourrait se passer en Inde ou en Amérique du Sud ; il lui manque ce souffle créateur qui soutient les grandes oeuvres.

Il paraît que les tomes suivants sont meilleurs … on verra.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 08:59

Vêtu d'un simple dhoti,  je pénètre avec humilité et dévotion dans le temple Jaïn de Chaumukha. Je connais bien Ranakpur pour y avoir vécu dans mes 4 dernières réincarnations et j’apprécie l’agitation des ruelles et les senteurs de cette ville.

Je passerai la journée à fignoler un pilier, sculptant et gravant à petits coups précis, un marbre blanc d’une extrême pureté.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article