Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 09:00

Bernard Quiriny vient de Belgique et Contes carnivores est son premier recueil de nouvelles.

J’apprécie tout particulièrement les nouvelles : elles nécessitent un talent rare d’écriture, de concision, de précision et de créativité. Bernard Quiriny possède indéniablement ces qualités et ses nouvelles nous entraînent dans des histoires loufoques ou mystérieuses dans lesquelles, parfois, un peu de surnaturel, apporte la touche d’incroyable et laisse l’imagination prendre le pouvoir.

Difficile de raconter un recueil de nouvelles. Je mets juste en exergue les souvenirs d’un tueur à gages missionné pour tuer un enfant diabolique et l’épiscopat d’argentine ou l’évêque expérimente la séparation du corps et de l’âme. L’auteur aime à faire apparaître un personnage récurrent, Pierre Gould, dans ses nouvelles, bien qu’il s’agisse plus d’un nom donné à plusieurs héros différents qu’un même héros qui revient. Cela m’a fait penser à la publicité d’il y a maintenant une bonne dizaine d’années et qui passait en boucle à la télévision : vous êtes une femme Barbara Gould !

Ce sont quatorze nouvelles qui m’ont régalé et que je vous propose de découvrir. 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 08:33

Allongée sur une natte que les palmiers voilent d'une ombre légère, ma bien aimée, alanguie, offre son dos à mes mains.

Je verse un peu d'huile de sésame, que je réchauffe lentement entre mes paumes. Puis, en lents mouvements, circulaires d'abord, mes doigts dénouent chaque muscle, chaque terminaison nerveuse.


La tiédeur du crépuscule donne à cet instant l'éphémère sérénité du dernier jour du monde.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 08:45

Réalisé en 2009 par Bryan Singer avec Tom Cruise, Carice Van Houten, Bill Nighy.

L’opération Walkyrie, encore connue sous l’appellation Complot du 20 juillet 1944, faillit bien changer le cours de la deuxième guerre mondiale. Elle recouvre le complot organisé par des officiers Nazis pour assassiner Hitler. Elle échoua malheureusement et ses instigateurs moururent de leur audace ou de leur courage.

Tom Cruise joue un colonel Klaus von Stauffenberg assez crédible, bien que ses motivations pour changer le cours du conflit auraient mérité un certain approfondissement. Car ces officiers, s’ils condamnaient les tueries de masses ne me semblaient pas opposés aux fondements mêmes du régime nazi qu’étaient la suprématie de la race Aryienne et le besoin d’étendre la domination de l’Allemagne sur l’Europe.

Tom Cruise le scientologue incarne un héros de la résistance allemande : le mélange des genres prête à sourire tant l’idéologie de la scientologie est controversée. Chacun jugera.

L’opération a été nommée en référence à l’opéra de Richard Wagner ou, peut-être encore plus directement, en l’honneur de la Walkyrie, vierge guerrière dont l’étymologie signifie « qui choisit les abattus ».

La reconstitution minutieuse de l’opération constitue un atout indéniable du film ; la tension dramatique ne se relâche pas alors même que l’issue est connue de tous, et j’ai finalement passé un agréable moment.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 08:40

Les Français ne sont pas doués en langue! Que de fois n'ai-je entendu prononcé ce jugement définitif!

Et si le problème ne venait pas des Français mais des méthodes d'enseignement et de leurs objectifs? Nous apprenons des langues pour réussir des examens et non pas pour savoir converser.

Ainsi je me souviens encore de mes cours d'Allemand, à l'issu desquels je savais parfaitement décrire un tableau impressionniste, disserter de la pollution, discourir naturellement sur le nazisme mais je ne savais ni expliquer à un médecin où et comment j’avais mal, ni parler du dernier programme télévisé.

Je me souviens encore du verbe irrégulier Battre le blé au fléau, lequel par glissement m’a inspiré ce désir.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 09:00

Je puise ce désir dans les souvenirs d'un voyage en Israël en 1990, période encore assez calme dans la région.

L'expérience d'un bain dans la mer morte, à la salinité extrême et dans laquelle on peut réellement flotter en position assise, me remémore la fragilité de notre eco-système et cette merveilleuse ironie qui veut que cette mer détruite par l’absence de renouvellement de l’eau possède des vertus pour certaines maladies de peau.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 11:37

Réalisé en 1991 par Krzysztof Kieslowski avec Irène Jacob, Aleksander Bardini, Halina Gryglaszewska.

De ce film je me souvenais surtout de la musique, magnifique, vocale et d’une  histoire croisée entre deux femmes : l’une polonaise, l’autre française physiquement semblables comme des jumelles et qui vivent d’étranges coïncidences. Le mystère du destin, de la réincarnation (bien que les deux femmes soient contemporaines), de l’étrange demeurait fortement imprimé dans ma mémoire.

En fait, j’ai probablement magnifié ce film, qui plusieurs années plus tard me paraît désormais plus banal. Si ces deux femmes se ressemblent étrangement (maladie cardiaque, propension à marcher pieds nus, frottement d’un anneau d’or sur la paupière inférieure) l’atmosphère de mystère ne s’est pas installée. Le rythme du film est lent et se révèle davantage propice à la relaxation qu’à m’insoutenable piment du suspens ou de l’inexpliqué.

La musique de Zbigniew Preisner conserve cette beauté magique, mise en valeur par des chants aigus et lents. Rien que pour elle, allez faire un tour sur vos sites de partages préférés !

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 08:54

Je me suis souvenu pour ce désir d'un séjour à Washington, DC, pendant lequel j'appris que Pierre Charles L'enfant, architecte français né à Anet, avait défini le plan de la future capitale des Etats Unis.

Je m'imaginai alors le plaisir que cela devait être de planifier une ville et d'imaginer son évolution. Aujourd'hui, chacun peut bâtir sa cité à travers des simulations sur ordinateur plus ou moins bien réussies. Mais créer, quel jouissance, quel divin plaisir!

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 08:30

Ceux qui ne tarissent de reproches à propos d’Amélie Nothomb trouveront sans doute un réconfort dans ce livre, dont le titre, fruit d’une mignonne contrepétrie, donne le ton.

Dans cette histoire, Antoine Galoubet, un écrivain, ignoré des prix littéraires et des devantures des librairies, tombe par hasard sur le corps d’Anémie Lothomb, tuée par son amant japonais. Anémie représente tout le contraire de l’idée qu’Antoine Galoubet se fait de la littérature : elle vend énormément de livres médiocrement écrits grâce à un marketing savamment étudié et une complicité des médias.

Antoine Galoubet décide de cacher le cadavre d’Anémie et de faire chanter les médias, en prétextant l’avoir enlevée, pour devenir célèbre et pour que le public, privé jusqu’alors de son talent, accède enfin à ses livres.

Le livre est plaisant. Quelques sommités de la littérature française contemporaine en prennent pour leur grade (on y voit passer Margarine Pingeot, Houellbegbedec, et Ratavalec) . L’auteur détaille sa réflexion sur le succès mérité ou organisé des écrivains et sur la complicité des critiques littéraires et des organes de presse.

Un côté donneur de leçon peut néanmoins agacer même si le deuxième degré et l’ironie ne sont jamais bien loin. D’autant que, paradoxalement, Jean-Pierre Gattégno ne saurait être qualifié, sur ce roman, de grand écrivain, tant le style ne se singularise pas et que les idées développées n’éclairent pas d’un jour bien nouveau la pensée de notre temps.

Ce livre mérite sa part de succès pour fournir un aimable divertissement au lecteur qu’Amélie Nothomb irrite ou amuse.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 09:00

Une naïade peut-elle avoir la peau douce ou les écailles la rendent-elle légèrement rugueuse? Vous me direz que je confonds ici la nymphe et la sirène, deux créatures mythologiques et que si la première possède une peau comme tout être humain, la deuxième en est partiellement dépourvue.

Alors, qui a-t-il de mal à vouloir caresser la douce peau d'une si belle création de l'esprit humain?

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 08:48

Premier contact avec cet auteur qui m’était inconnu jusqu’à ce que le prix du Livre Inter l’annonce dans sa sélection 2009. Il n’a pas gagné mais il vaut le détour.

D’abord parce que le style oscille avec un bonheur équilibriste sur le fil qui sépare l’écriture chichiteuse et la belle langue travaillée.

Ensuite par ce que l’histoire se déroule au Kenya (encore un roman en Afrique comme Equatoria de Patrick Deville). Cette Afrique, Pierre la découvre à la mort de son père, Michel, trouvé étendu nu, les vêtements minutieusement repliés, à l’orée d’un parc.

Pierre, encore bébé fut, ramené en France par sa mère, et ne connaît que très peu de choses de ce père resté au Kenya. Ce père qui a vécu dans un quartier pauvre et qui, par ses actions de soutien,  a su se faire accepter et apprécié du peuple des petites gens.

Pierre découvre par petite touches la vie de son géniteur et cette Afrique magnifique et violente ; Ce voyage sera aussi une aventure familiale et amoureuse ; Pierre rencontrera Anyango, une de ces coureuses des hauts plateaux, qui règnent sur le fond et demi-fond. Des portraits grinçants de quelques expatriés et autres fats anthropologues agrémentent savoureusement le récit.

Ce livre mérité qu’on s’y arrête enfin parce qu’il est narré par ‘Nous autres’, dont je vous laisse découvrir qui ils sont. La distance qu’ils mettent à leur récit et le sentiment parfois d’immanence qui s’en dégage tient pour beaucoup à la beauté de ce livre.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article