Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 08:49

Durant une nuit de fouille, alors que la chaleur moite de cette vallée aride me rendait tout sommeil impossible, mon marteau rendit soudainement un son sourd. Le signe, si doux aux oreilles d’un archéologue, d’une poterie venait de me frapper.

 

Avec précautions, essuyant d’un revers de bras la sueur qui me piquait mes yeux, je mis à jour une jarre que les dessins, parfaitement conservés me firent dater de 2350 ans.

 

Au lieu d’appeler mon équipe, je poursuivi égoïstement mon exploration. Je descellai le couvercle et sortis avec une infinie délicatesse ce que mes années d’expérience me firent reconnaître immédiatement comme un palimpseste en excellent état. Je l’époussetai pour en déchiffrer l’écriture et tenter d’en déterminer aussi le texte premier. Par transparence, la lueur de ma lampe laissait deviner des courbes, mais les premières lueurs de l’aube poignaient et j’emportai la jarre et le palimpseste dans ma tente.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 08:48

Dans Rome, la ville éternelle, un expert d’art Parisien, Henri Valhubert, est découvert mort, empoisonné à la ciguë. L’enquête échoit à l’inspecteur Richard Valence, ancêtre du commissaire Adamsberg, personnage comme Fred Vargas les aime : franc-tireur aux méthodes parfois non conventionnelles.


Le fils d’Henry et ses amis, qui se surnomment, combien étonnamment et avec pédantisme, Claude, Néron et Tibère, vivent à Rome et sont les proches témoins du crime.


La femme d’Henry, Laura Valhubert saura-t-elle expliquer ses allers-retours à Rome ? Quel lien Lorenzo Vitelli, le cardinal ami de la famille, entretient-il avec les dessins de Michel-Ange disparus de la pourtant très surveillée bibliothèque vaticane ?  Je ne vous le dirais pas !


Alors, ceux qui vont mourir te saluent, serait-il un bon Vargas ? Cela reste à voir ou plutôt à lire. Ce livre doit être son deuxième ou troisième et on y retrouve déjà sa prédilection pour les trios religieux (on aura plus tard les évangélistes Marc, Matthias et Lucien). Le mélange du religieux et du profane fera plus tard le bonheur d’auteurs à succès à défaut de bonne littérature, mais Fred Vargas s’abstient avec justesse d’y mêler l’ésotérisme.


Le suspens est relativement bien mené bien que certaines issues se voient (bouchées ou ouvertes) de bien loin. Les personnages, peu fouillés, manquent parfois de cette subtilité qui soutient ses romans actuels. Bref, un Vargas, mais pour les fans et à lire dans les derniers. 


Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 08:45
Pour ce désir je fais le grand écart entre la sculpture classique qu'Auguste Rodin incarne et les contes populaires de Charles Perrault ou des frères Grimm, voire même le monde sirupeux de Disney.

Dans la Belle au bois dormant, le Prince charmant réveille la Belle par un baiser (quelle belle époque où les princes redonnaient vie aux malheureuses endormies; ceux qui nous gouvernent ont-ils des penchants si désintéressés?)

De ce baiser ingénu, mon esprit glisse vers la sculpture du même nom de Rodin et, par une dernière association d'esprit, il me prend l'envie que le couple enlacé et figé à jamais dans le marbre reprenne vie.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 08:35

Ce roman en anglais fait suite à Assassin’s Apprentice ou l’apprenti assassin en français. Royal Assassin a été publié en France en deux tomes : L’assassin du roi et la nef du crépuscule. Si les éditeurs jugèrent pertinent de le publier pour le public français en deux volumes c’est que l’édition anglaise compte plus de 670 pages en petits caractères.


J’avais lu l’Apprenti Assassin et les premières pages furent rudes. Il fallait s’habituer aux noms des personnages originaux (Shrewd, Chivalry, Regal, etc.) et aux talent de Fitz (l’Art est the Skill en anglais - avec la faculté de cette langue à en faire aisément un adjectif et un verbe, ce que l’Art ne permet pas- et le Vif est le Wit) et le noms de tous les lieux.


Je me suis replongé avec un plaisir réel dans ce monde fantastique pour y suivre la suite des aventures de FitzChivalry le bâtard du Prince , son père. On y découvre enfin ce loup que l’on aperçoit sur  la couverture (Oeil de nuit ou NightEyes). Fitz a gagné en maturité et en maîtrise de ces deux talents. Il en aura besoin pour seconder le Prince Verity (Vérité) car les dangers menacent les Six Duchés. Les raids des Pirates Rouges (Red Ship Raiders) se rapprochent de Castelcerf (Buckkeep) et laissent des hordes de zombies (les forgés /forged).


L’ambiance du premier tome gagne en intensité et je ne lâchais qu’avec regret, quand le sommeil me réclamait avec une telle force, que je n’y pouvais plus résister. Les intrigues de palais ne faiblissent pas et les camps se dessinent désormais clairement.


Le récit mené avec maestria laisse peu de temps pour respirer et marie avec bonheur la dose de fantastique nécessaire à l’épanouissement de l’imaginaire et les sentiments éternels de l’homme (pouvoir, bassesse et loyauté pour n’en citer que trois).


J’attaquerai dans quelques mois le troisième tome (Assassin’s Quest) publié en 3 volumes en français. I will keep you posted !

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 08:37
J'enfile la culotte de peau, ajuste ma veste de feutre vert et rectifie la position de mon chapeau dont j'ai soigneusement lissé les plumes.

Avec mes amis tyroliens, je vais yodler quelques chansons tristes du passé dont nos montagnes gardent le témoignage. Puis, comme tous les habitants du Tyrol et de la Bavière toute proche et magnifiquement fleurie en cette saison, je viderai les chopes d'une bière au goût incertain, que la chaude atmosphère de fin de journée rendra agréable.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 08:40

Il n'est pas si loin le temps dans ma mémoire, où j'arpentai le massif des Alpilles.

En ce mois d'avril, les randonnées y étaient encore autorisées. Demeurant sur les sentiers, attentif à la flore parfois chétive et à la végétation prompte à s'enflammer, j'imaginai Vincent Van Gogh qui contemplait ce même massif depuis l'asile de Saint Rémy de Provence.

Le calme qui émane de ce lieu m'incite à creuser une grotte et à y élire domicile.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 08:23

C’est le tableau d’Edouard Manet, Portrait de Monsieur Pertuiset, le Chasseur de Lion qui fournit l’inspiration à Olivier Rolin. Eugène Pertuiset, ami de Manet, hâbleur, aventurier parfois fat, trafiqua des armes en Amérique du sud  ou chassa le lion en Algérie. Le narrateur du roman, rencontre le fameux Pertuiset en Argentine et va nous entraîner à sa suite sur trois continents, à travers le temps et l’espace.

De l’Algérie à la Terre de feu en Patagonie, de Valparaiso aux rues de Paris, le 19ième siècle défile devant nous, émaillé des souvenirs personnels d’Olivier Rolin et entrecoupé d’épisodes de la vie d’Edouard Manet.


Ce Pertuiset ne réussira pas grand-chose de ce qu’il entreprendra avec obstination et l’auteur en profite pour parsèmer son récit de réparties bien senties et de traits d’humour.

Alors bon livre ? Livre agréable en tout cas pour qui aime voyager.


Un chasseur de lions était sélectionné pour le prix du Livre Inter 2009.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 08:58

A l'ombre du dernier arbre du village que les feux des cuisinières ont épargné, un sadhu médite.

Vêtu de vent, assis en tailleur, le dos droit, les mains posées sur les genoux, le pouce et l'index formant un cercle parfait, il est resté immobile depuis ce matin.


A quoi peut-il penser? La méditation abolit-elle la perception du temps?

J'aimerais soulever les paupières de cet ascète et percer le mystère.

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 09:01

Paul Fournel naquit à Saint-Etienne en mai 1947, un stéphanois donc. Les célébrités de cette ville sont rares et cela mérite attention. Enfin, peut-on parler de célébrité pour cet auteur que je ne connaissais pas il y a encore trois jours et que j’ai découvert au hasard d’une ‘tête de gondole’ dans ma médiathèque préférée ?

Certains érudits affirmeront sans doute que l’on ne peut ignorer ce président de l’Oulipo, OUvroir de LIttérature POtentielle, association qui fut notamment fondée par François Le Lionnais et Raymond Queneau. Certes leur répondrais-je simplement.

Paul Fournel publie dans Courbatures un recueil de nouvelles. Coïncidence de lecture après celui de Bernard Quiriny.

Les nouvelles de Paul Fournel sont toutes en finesse ; elles décrivent la vie quotidienne d’un boulanger, d’une trapéziste, d’adolescents fana de motos, d’un champion du monde de boxe, et de bien d’autres personnages de notre temps. Souvent on ressent plus qu’on ne comprend que ces vies, funambulent sur le fil de l’existence et que le hasard (certains parleraient de destin) fera basculer.

Pour autant que j’en puisse juger, ma méconnaissance de l’Oulipo étant grande, il n’y a rien d’absurde ou de ludique dans ces nouvelles ; plutôt une plongée dans l’âme d’un monde que l’homme croit de plus en plus maîtriser tout en s’éloignant toujours davantage de sa singularité.

Paul Fournel mérite donc de rejoindre Muriel Robin, Mickey 3D, Bernard Lavilliers et plus récemment  Sliimy au petit groupe des gens connus de Sainté.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 08:31

Dans un village abandonné des hommes probablement et des dieux certainement, un ancêtre se repose sur un banc de pierres qui recevait autrefois les fesses rebondies des jeunes filles de retour du marché.

 

L’ombre a fini par céder au soleil et le vieillard souffrira bientôt de la chaleur que son habit du dimanche, qu’il revêt encore, plus par habitude que par nécessité, rendra déplaisante. 

 

Quelques bouts de bois arrachés à un arbre mort pour y étendre ma chemise et je porte au dessus de l’aïeul une ombre bienfaisante que j’agrémente de souffle d’air par quelques habiles battements.

 

Puisse-t-il y puiser la force de continuer à semer l’étincelle de vie en ces ruelles si vides.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article