Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 08:34

J’ai découvert Régis Jauffret avec Lacrimosa, un livre agréable à lire. A la découverte d’une autre œuvre me suis-je alors dit ! Univers, univers trônait, sa jolie couverture bleue ressortant au milieu de l’étagère ; il se retrouvait sur ma table de chevet le soir même.

Comment résumer ce livre inclassable ? Une femme, est dans un appartement ; un gigot cuit dans le four.  A partir de ces deux faits minuscules l’auteur va narrer l’histoire de cette femme ou plutôt les histoires que cette femme va se raconter pendant la cuisson de cette pièce d’agneau. Des dizaines de vies différentes, des dizaines de possibles se mettent en perspectives, se répondent, s’évanouissent après quelques secondes ou quelques heures.

Cette femme métaphorise, grâce ces centaines de noms qu’elle s’invente pour elle ou ceux qu’elle rencontre, le hasard de la vie, cet arbre des possibles qui à chaque instant peut orienter une vie selon un autre angle. Elle incarne ce que chacun d’entre nous aurait pu, pourrait ou voudrait devenir.

L’héroïne peut aussi symboliser la littérature, dans son foisonnement créatif, dans son existence liée exclusivement au pouvoir des mots et des histoires, au règne de l’imagination, à la variété des styles.

Une fois ce livre mis en perspective force est de revenir à une autre finalité de la littérature : être lu. Régis Jauffret déploie sans contexte son talent, son inventivité et sa verve. Après 50 pages, j’avais compris le principe et j’aspirai à trouver un nouveau ressort au livre. Après 200 pages je me suis dit que la fin serait peut-être à la hauteur. J’avoue que ces 600 pages de pure création sans fil directeur m’ont lassé et que les 200 dernières n’ont pas eu toute mon attention. L’auteur s’est probablement fait plaisir, mais le lecteur que je suis s’est ennuyé.

C’est peut-être surtout la métaphore d’une certaine littérature qui se regarde écrire, comme d’autres s’écoutent parler.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 08:29

Le dictionnaire Gaga est désormais disponible pour la lettre B: de Babeau à Bugne  en passant par Beauseigne ou Bazut, le langage stéphanois vous ouvre un peu plus ses portes. 

Visitez ici la page du dictionnaire du parler Gaga!

La langue est vivante. Ce dictionnaire est le fruit de ma mémoire. Vos commentaires et vos propositions d'autres mots sont les bienvenus.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Gaga
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 08:27
J'avais l'impression que ce scorpion me suivait. Depuis dix jours dans ce désert, à mille milles de toutes terre habitée, mon chameau avançait de dunes en dunes.

Chaque soir, ce bel animal, d'un noir légèrement moiré, se tenait au pied de mon sac de couchage. D'abord hostile, je le chassais en lui jetant du sable aux antennes puis je me rapprochais du feu.

Alors que la lune pleine, éclaireait ce soir l'immensité du désert et que la solitude ajoutait au fardeau de mon égarement, j'envie me prit d'apprivoiser ce scorpion. Je le regardais sans agressivité et, bientôt, je tendis la main pour le gratter derrière la tête, comme je l'avais si souvent prodiguer à mes chats.

Il me rendit brusquement ma caresse, une pique rapide, et je sentis que le sommeil me prenait.  

Voir l'origine des désirs théicoles sur
Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 08:22

J’ai entendu parler de ce livre à France Inter, un matin, et j’ai eu l’impression qu’il renfermait un état de l’art concernant les pratiques alimentaires, des conseils d’achat et une sélection de produits.

D’état de l’art, point : les connaissances sur les bienfaits et problèmes des aliments sont synthétisées à très haut niveau.  Les conseils d’achat sont réduits et m’ont souvent laissé sur ma faim (!?) – par exemple le thé, censé être une boisson bénéfique et en particulier le thé vert : les conseils ne concernent que le thé noir de darjeeling et du Sri Lanka ! La sélection de produit vaut par sa subjectivité et constitue une photographie à un instant ‘t’. Dans deux mois, la formule des produits sélectionnés aura peut-être changée, ou de meilleurs produits seront apparus.

Reste cependant quelques pages fort utiles sur  les colorants, conservateurs et autres additifs qu’il conviendrait de bannir de nos assiettes. Ces pages sont à photocopier et à emporter avec soi lorsque l’on fait ses courses.

Demeure aussi un message évident mais le répéter ne nuit point : consommer d’abord des produits bruts, non raffinés et non préparés par l’industrie alimentaire, c’est sain et économique.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 21:11

Le dictionnaire Gaga est désormais disponible pour la lettre A.

Régulièrement, de nouvelles définitions seront proposées.

Visitez ici la page du dictionnaire du parler Gaga!

La langue est vivante. Ce dictionnaire est le fruit de ma mémoire. Vos commentaires et vos propositions d'autres mots sont les bienvenus.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Gaga
commenter cet article
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 08:34

Le Gaga est le parler stéphanois, ou plus généralement le langage populaire utilisé dans la région de Saint-Etienne. Le gaga puise ses racines dans une langue régionale connue sous le nom d’arpitan ; Il n’en reste que quelques mots ou expressions que la plupart des stéphanois connaissent et que beaucoup emploient.

 

Comme tous les mots régionaux, ils ne dépassent que rarement leur zone d’origine pour faire fortune ; cela en fait leur saveur. La préservation de la langue, des expressions locales renforce la diversité culturelle et permet de se rappeler que l’on est d’un pays. Loin d’enfanter le chauvinisme cet attachement à ses mots ouvre paradoxalement vers les autres et leurs particularismes.

 

Prononciation

Le parler gaga bénéficie aussi d’une prononciation particulière basée notamment sur des voyelles fermées là où de nombreuses régions françaises les vocalisent ouvertes :

  • - Les « eu » sont fermés : l’adjectif jeune se prononce comme jeûne, meule comme meûle
  • - Les « o » sont fermés : l’adjectif rose se prononce comme rôse, jaune comme jône
  • - Les « on » et les « an » sont nasalisés : une maison traîne vers « maisan » et maman vers « maimain »

Les voyelles de milieu de mot sont parfois élidées comme dans le célèbre « Saint Ch’mond, Saint Ch’mond, trois minutes d’arrêt » connu de tous ceux qui empruntèrent la ligne SNCF Saint-Etienne - Lyon

L’accent général est légèrement traînant et un Stéphanois qui parle à la radio se reconnaît en quelques secondes.

Je publierai dès demain une page avec un dictionnaire des mots et expressions gagas! Vos enrichissements seront les bienvenus.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Gaga
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 08:49

Voici une petite charade facile:

Mon premier est une pèche

Mon deuxième est Allah

Mon troisième est un Sarde

Mon quatrième dîne

Mon tout se pratique avant un barbecue

Vous pouvez poster vos propositions de réponses dans les commentaires. Pour ceux qui cherchent, attention, les commentaires peuvent contenir la réponse!
Repost 0
Published by Tioufout - dans Charade et Enigmes
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 08:29

Sur cette place d’Auroville, cité utopique, sur les bords du golfe du Bengale, un banian bicentenaire se dresse, fier.

 

Je construis une simple cabane en bois dans les frondaisons de cet arbre qui a connu les Tamouls dravidiens, les Anglais hautains, les Français naïfs, la colonisation et la liberté.

 

Accoudé à une haute branche je contemple les maisons resplendissantes des occidentaux venus édifier leur cité sur les conseils de La Mère, la compagne de Sri Aurobindo. Je contemple les enfants tamouls qui jouent sur la place mais qui ne se mélangent pas avec les enfants des blancs.

 

Je regarde le résultat de l’utopie et, encore une fois, l’échec dérange. Les différences de niveau social sont tellement marquées, la ségrégation tellement apparente que je décide de quitter le banian et, me vêtant d’un simple lunghi, je pars aider à récolter le riz.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 08:45

Que dire de ce livre : l’angoisse de la page blanche. Etrange sentiment car un livre me laisse rarement indifférent ; mais celui-ci si (en hommage à l’impératrice) !


Maurice Roche compose ce livre avec des nouvelles, style que j’apprécie tout particulièrement. On sent l’humour affleurer, on se demande toutefois pourquoi il eut un prix dans ce domaine.

On voir défiler un champion cycliste, surnommé le Chrono, qui était en avance sur son temps ; on y rencontre un amoureux éconduit, un écrivain malheureux qui puise dans ses tourments la force d’écrire laquelle en est inspirée. On fait la connaissance d’un musicien dont l’aboutissement ultime de son travail sont les trois minutes de silence qui concluent sa dernière œuvre (librement inspiré de John Cage).

La seule idée qui m’a séduit, provient d’un pauvre bougre qui affirme que les membres de sa famille mourant de génération en génération depuis tellement longtemps c’en était devenu héréditaire !

Petite information utile : le livre est court alors …
 
 
Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 08:18

La faim me tenaille. Le pain au lard avalé rapidement ce matin avec un bol de café n’est plus qu’un souvenir.

 

Le champ de millet du seigneur, mûr à point, se doit moissonner avant demain. La sueur brûle mes yeux et lorsque je me relève, le dos lancinant de douleur, je me retiens de hurler pour ne pas affoler ma douce mie, qui peine aussi à quelques rangs de moi.

 

Serf je naquis, serf je mourrai, fidèle à mon maître auquel ma première fille sera conduite à l’automne. La pièce d’argent qu’il me jettera nous permettra de passer un nouvel hiver. Chaque soir, bien sûr, je demande pardon à Dieu, de n’être né qu’esclave et de ne pas pouvoir l’adorer avec davantage de munificence ; l’abbé comprend mon malheur, lui qui n’a jamais réclamé plus que son dû.

 

L’Angélus vient de sonner au campanile du village. Le fromage et une tranche épaisse de pain noir nous attendent dans le vieux sac. A l’ombre du hêtre, nous mangerons sans joie.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé
Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article