Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 08:31

Ce deuxième roman d’Antonin Varenne entraîne le lecteur dans un milieu trouble que peuplent un flic obèse, un manouche qui se prend d’affection pour un bébé, des putes fuyant leurs macs, une haute société aimant le sado-masochisme, un poète naïf et amoureux.

 

Arthur Padovani, c’est le flic : 150 kg sur la balance, une propreté douteuse, un solitaire.

 

Nino Valentine, c’est le gitan : une allure de petite frappe, une vie en marge des gadgé

 

Antoine Bukovitch, c’est le poète : sans prétention, le cœur conquis par une fille de joie

 

Martin Delveau, c’est le représentant de cette classe sociale qui peut tout se permettre car ses amitiés lui assurent l’impunité

 

Les putes, ce sont Karine, Nathalie, Nicole et les autres, fourvoyées dans des vies sans issues

Antonin Varenne parvient à reconstituer l’atmosphère de ses personnages en quelques phrases, en peu de situations. Sa force réside dans sa facilité à nous plonger dans des vies crédibles. Il excelle aussi à rendre le langage de chacun, sans tomber dans les excès d’une Fred Vargas par exemple. Le langage de Nino, le manouche, s’enflamme et se tord, se découd et s’élève avec un grand plaisir.

 

Ce n’est d’ailleurs pas la seule différence avec son aînée ; il n’installe pas de personnage récurrent et, cela en découle, ne se trouve pas dans l’obligation de les réussir à la fin du roman.  Le suspens, bien sûr, savamment mené, évite les facilités que l’on sent venir des dizaines de pages à la ronde.

Ce polar tient toutes ses promesses.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 08:27

Réalisé par Francis Lawrence en 2007 avec Will Smith, Alice Braga, Charlie Tahan.

 

C’est pendant la première partie d’un voyage en train que j’ai regardé ce film.


Le scénario tient sur un post-it : Pour trouver un médicament contre le cancer, le virus de la rougeole est modifié génétiquement. D’abord efficace, il mute, devient transmissible par l’air et tue la grande majorité de l’humanité, laisse des  zombies redevenus sauvages. Will Smith, médecin colonel dans l’armée, est le seul survivant dans New York et tente de trouver un remède.

 

Le film se laisse bien voir et est même assez agréable au carrefour de la science fiction et du film catastrophe. Les effets spéciaux rendent magnifiquement la ville de New York livrée à l’abandon, où la nature reprend peu à peu ses droits. Ils supportent quelques jolies scènes de batailles entre le héros et les mutants.

 

L’intérêt du film réside pourtant moins dans sa qualité narrative qu’à la mise en image d’un fléau qui tien l’humanité à sa merci : l’arrivée d’un nouveau virus extrêmement contagieux avec un taux de mortalité particulièrement élevé. La globalisation des échanges favorise ensuite la dispersion rapide de l’épidémie.

 

Le virus du film ne provient pas spontanément de la nature mais a été créé / modidié par l’homme ; une erreur ; un médicament trop rapidement mis sur le marché sans que l’étude des effets long terme ne soit préalablement menée. Mais on peut tout aussi bien imaginer qu’un état ou un groupe religieux fabrique puis dissémine une maladie mortelle. Improbable, me direz-vous ? Comment se protéger soi-même de la maladie? Pas d’angélisme : lors de la conquête de l’Amérique, les colons lançaient déjà aux indiens des couvertures contaminées par la variole.

 

Plus que l’histoire, la toile de fond du film (et ce que nous constatons avec la grippe A) incite à l’indulgence face à la faiblesse du scénario.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 08:32

J’avais pourtant soigneusement préparé mon voyage à l’île de la Réunion. Mes accessoires bien rangés dans la valise rouge prêtée par mon ami dompteur, parvinrent sans encombre sur le tapis de l’aéroport de Saint-Denis.

 

Après quelques jours de repos à Saint-André, pendant lesquels je m’assurai que mon équipement fonctionnait parfaitement, je pris la direction de Mafate.

 

Je crus bien ne jamais parvenir au bout des chemins pentus que les bambous calumets encadraient parfois. Mes chaussures se révélaient peu adaptées au terrain et mes vêtements lâches s’attrapaient aux branches basses. Je suai sous mon maquillage blanc.

 

Arrivé au sommet : personne. Pas un dromadaire, pas un lion, pas un enfant dont le sourire aurait pu ranimer mon moral. Abattu, je quittai mon nez rouge et je maudis le fildefériste qui m’avait vanté les cirques de la Réunion.

 

Je redescendis lentement ; ma bonne humeur revint petit à petit en pensant à la bonne blague que j’allais faire le lendemain en glaçant le piton de la Fournaise d’une fine couche de neige carbonique !


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé


Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 08:46

Le dictionnaire Gaga est désormais disponible pour la lettre F: de Faramelan à Fiarde voici quelques mots du langage stéphanois.


Merci particulièrement à Christiane dont les commentaires viennent complèter ma mémoire. Je remettrai à jour les lettres A - E avec ses suggestions dans quelques jours.



La langue est vivante. Ce dictionnaire est le fruit de ma mémoire. Vos commentaires et vos propositions d'autres mots sont les bienvenus.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Gaga
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 08:58

Au détour d’une émission de France Inter, j’entendis parler d’Antonin Varenne et l’enthousiasme de l’intervenant me décida à découvrir l’auteur.

 

Nous sommes en 2001, à Paris, juste après les attentats du 11 septembre 2001 puis l’explosion de l’usine AZF à Toulouse le 21 septembre 2001. Une atmosphère de crainte s’est emparée de la ville. 

 

Une femme se suicide en se jetant du deuxième étage mais se rate. Le lieutenant Virgile Cyprien Heckman, flic peu aimé de ses collègues, qui le trouve hautain et solitaire, enquête.

 

Max – Maximilien Marty, ancien détective, reconverti dans les travaux en hauteur de la société AcroJob, avec son ami Laurent Osdez, stoppe un malfrat dans un centre commercial.

Des artistes sont tués, avec un raffinement croissant.

 

Quels sont les liens entre ces personnages et avec R.P. dont les extraits du journal de bord s’intercalent dans le roman ? Comment ce R.P. semble-t-il connaître aussi bien le lieutenant Heckman?

 

Le style est vif, l’humour savoureux, le langage des protagonistes magnifiquement rendu dans la diversité. Les personnages sont crédibles malgré des traits de personnalité pour le moins originaux. Ce livre a été sélectionné pour le Prix Polar Cognac 2007 et offre une désaltérante oasis dans un univers du polar marqué par le gore, les thriller politico-religieux et tous ces livres écrits à la manière d’un scénario de film.

 

Un très bon roman policier. Un coup de maître pour un premier livre.


Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.


Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 12:37

Le dictionnaire Gaga est désormais disponible pour la lettre E: de Ecorpelé à Emaseler le langage stéphanois poursuit sa mise en valeur


La langue est vivante. Ce dictionnaire est le fruit de ma mémoire. Vos commentaires et vos propositions d'autres mots sont les bienvenus.
Repost 0
Published by Tioufout - dans Gaga
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 08:46

L’odeur puissante de la terre envahit le palanquin et je crois revoir la forêt où, petite, je jouais jadis. Le voyage harassant touche à sa fin ; trois jours et trois nuits depuis Pékin, sous la garde vigilante de dizaines de guerriers.

 

Au loin, déjà, les cris des villageois annoncent mon arrivée. Je descends avec appréhension, un peu fébrile, et je me prosterne devant mes parents. Tellement honorés par ma position enviée de concubine de l’Empereur, je redoute qu’ils ne me considèrent plus comme leur fille mais comme un semi-divinité.

 

La tête toujours baissée, je pénètre dans la salle de cérémonie. Le thé, préparée selon la tradition familiale, remplit la pièce de senteurs qui bercèrent mon enfance. Les dieux, cette année, ont permis la récolte des pointes d’argent, qui libèrent une subtile couleur de mandarine.

 

Jamais je ne connaîtrai plus intense volupté que ce thé emplissant mon palais.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé


Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 08:23

Voici une nouvelle charade à tiroir dans l'univers de la littérature!


Mon premier tasse

Mon deuxième sarcle

Mon troisième flâne

Mon quatrième recoud

Mon tout peut être une bonne copine


Vous pouvez poster vos propositions de réponses dans les commentaires. Pour ceux qui cherchent, attention, les commentaires peuvent contenir la réponse!

Repost 0
Published by Tioufout - dans Charade et Enigmes
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 08:15

Revoilà donc le petit sorcier le plus célèbre de la planète dans sa quatrième année d’aventure.  Tous ses amis et ennemis l’entourent et assez vite on devine ce que va devenir l’intrigue.


L’anglais se lit aisément, les phrases sont courtes et le vocabulaire très accessible.


Les thèmes standard d’Harry Potter imprègnent toujours le roman ; Voledmort, « Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom », « You-know-who » demeure l’ennemi du petit sorcier à lunette. Les traits de caractères mûrissent en même temps que les héros vieillissent, et, l’adolescence approchant, on sent poindre des sentiments plus adultes que vous devinerez aisément.


Inutile toutefois de raconter l’histoire ; ceux qui aimaient les tomes précédents seront ravis et ceux qui ne les aimaient pas ne liront probablement pas ce livre (sinon par une espèce de masochisme).

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 08:12

Belets, Belets, Belets, allez il faut rentrer !

 

Ainsi me souviens-je du rassemblement des brebis et de leurs agneaux que j’effectuais chaque soir. A Saint-Romain-Lachalm, village perdu de la Haute-Loire, les traditions demeuraient vivaces.  Depuis combien de décennies la contrée n’avait-elle pas subi l’attaque d’un loup ? Depuis combien d’années n’avions nous pas laissé un agneau apaiser la faim d’un renard ?

 

Pourtant, chaque soir, je parcourais le champ que les genets parsemaient et ma voix portait loin. Des fermes voisines, des cris me répondaient, amicaux souvent, moqueurs parfois. Certains jours, quand le vent soufflait de l’ouest, le Jeannot, apiculteur à ses heures perdues, m’accompagnait en claudiquant légèrement. Sans parler, nous arpentions le domaine nous assurant qu’aucune bête ne restait isolée.


Il a suffit d’un mot pour que ressurgissent les souvenirs d’une enfance, que le poids des saisons, avait peu à peu floutés.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé


Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article