Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 08:32

yves ravey bambi barLéon, un étranger sans doute, à sa façon de s’exprimer reçoit la visite de deux gendarmes. Ils s’intéressent à son emploi du temps, un certain jour de mars et à une trace rouge sur l’aile de sa voiture. Ils cherchent aussi à mieux connaître ce qui se passe dans le bambi bar, un ‘dancing’ situé en face de l’appartement de Léon.

 

Je cherchais un autre livre de l’auteur et, faute d’y mettre la main dessus, je me suis retrouvé avec Bambi bar. Ce roman parle du pays des origines pour de nombreux protagoniste et des raisons de la fuite. Il évoque les filières clandestines et la traite des blanches ; il décrit les sentiments familiaux et les liens d’amitiés qui jaillissent, loin de la patrie, du fait d’être du même village ; il parle de la haine qui ne s’éteint qu’avec le sentiment que justice a été faite.

 

Yves Ravey parvient à rendre par les dialogues plus en non-dits qu’en évidences l’étrangéité de Léon et son mode de pensée, tout en sinuosité.

 

La Police joue un rôle important dans ce livre ; elle agit au rythme de Léon, comme si pour pénétrer ce monde il fallait en adopter son phrasé et sa musique. La fin m’a laissé plein d’interrogation sur le rôle réel de la police dans cette histoire. De quel côté était-elle ?

 

Yves Ravey n’a sûrement pas choisi au hasard le prénom dont le héros s’affuble. Léon, nom et prénom du héros éponyme du film de Luc Besson ; justicier solitaire et violent qui protégera jusqu’à la fin une petite fille.

 

Ce livre se lit sans déplaisir mais il lui manque la fougue ou l’étincelle, qui le distinguerait de la masse des romans dont six mois après la lecture l’esprit ne retient plus rien. Au moins en relisant cette chronique, je m’en souviendrai !

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 16:03

Entendu récemment:

"Heureusement que nous ne sommes pas des éponges, sans cela nous aurions du mal à prendre une douche."

 

La créativité n'a de borne que celle de notre imagination!

Repost 0
Published by Tioufout - dans Expressions
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 08:38

harry-potter-and-the-deathly-hallows-jk-rowling.jpgUltime volume des aventures du célèbre sorcier. Au moment de refermer ce volume, j’ai réellement ressenti un manque en sachant que, sauf surprise, je ne retrouverai plus Ron, Hermione et Harry ainsi que leur monde fantastique. Peut-être, cependant, que J.K. Rowling, l’écrivain francophile, sortira de son chapeau (le sorting hat ?) une pirouette pour que la série perdure ?

 

En tout cas, ce dernier volume tient toutes ses promesses. L’intrigue, dense et précise, nous entraîne sur les mystères qui lient Harry Potter et Voldemort depuis ce fameux jour où Harry survécut, fait unique dans la sorcellerie, à l’enchantement mortel prononcé par celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom.

 

Le suspens enveloppe chacune des pages et on ne peut s’empêcher d’imaginer le film qui en résultera bien évidemment. Je ne vous dirai pas la fin bien que, à celui qui a bien lu et compris le précédent tome,  la fin de celui-ci apparaît logique (phrase creuse et sans intérêt, mais elle fait son effet non ?).

 

Les fans du sorcier à lunettes parcourront avec plaisir  le monde de la sorcellerie et constateront combien les valeurs de trahisons, de violences, de rapport de force, de pouvoir, de domination sont universelles !

 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 08:11

J'ai entendu cette expression récemment.

"Je ne peux pas aller chercher le pain, je suis assise sur mon pied!"

 

La créativité n'a de borne que celle de notre imagination!

Repost 0
Published by Tioufout - dans Expressions
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 08:26

Sepulveda-Luis---Journal-d-un-tueur-sentimental.jpgCe petit livre, une nouvelle plus qu’un roman, se savoure. Un tueur à gage, renommé et payé à la hauteur de son efficacité, se voit confié une nouvelle mission : abattre un membre d’une ONG. Il éloigne sa compagne du moment en lui offrant des vacances en Amérique du sud.

 

Professionnel aguerri, il s’intéresse cependant, sans pouvoir en expliciter les raisons, à sa cible et viole ainsi la première des règles : ne pas s’impliquer. Sa cible va même lui sauver la vie. Va-t-il parvenir à mener à bien sa mission ? Comment va-t-il supporter que sa compagne ne rentre pas comme prévu en lui annonce qu’elle le quitte ?

 

Je vous laisse découvrir ce joli texte de Luis Sepúlveda.

 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 08:38

riad sattouf retour au collègeRiad Sattouf est un chroniqueur dessinateur dans Charlie Hebdo, ce qui tend d’emblée à le rendre sympathique. Il observe son époque avec lucidité et avec ce brin de détachement amusé nécessaire pour rendre la justesse de ces observations dénuées de pédantisme.

Cette BD puise ses sources dans les mauvais souvenirs que l’auteur conserve de son séjour dans un collège populaire, pendant lequel il ne fut pas, loin s’en faut, le leader adulé de la classe.

Il choisit une immersion dans un collège favorisé que fréquente la population huppée d’un quartier aisé. Il essuie refus sur refus auprès de tous les établissements mais, l’adoubement de son projet par le ministère, rend soudainement accueillant les proviseurs réticents. 

L’auteur s’immerge rapidement dans la classe de 3ieme C et devient bientôt accepté par les élèves. Il note que ce collège présente les mêmes figures archétypales que tous les établissements. Il y a les leaders, et leur cour de jeunes filles éprises ; on y trouve les filles à la mode avec les derniers accessoires ; les filles ‘molles’ souvent d’un physique peu avantageux se regroupent ; les rebelles fort en gueule qui perturbent les cours et agressent verbalement professeurs et élèves, conscients parfois de leur impunité que leur donne ici l’argent de papa ; on fait connaissance avec le ‘club des pédés’ qui accueille les garçons sans assurance, méprisés des leaders et des filles, qui se font traiter de pédés et qui finalement, se reconnaissent dans ce groupe qui leur fournit au moins un sentiment d’appartenance à quelque chose. Riad Sattouf faisait semble-t-il aussi partie de ce club !

Les adolescents sont décrits avec une certaine tendresse sous une approche parfois caricaturale visant à dépeindre en une seule classe la typologie de tout un collège.

Un joli album qui me donne envie d’en découvrir d’autres.

Repost 0
Published by Tioufout - dans BD et Manga
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 08:24

eric chevillard choirChoir, île perdue sur la planète, emprisonne ses habitants dans un environnement hostile. Le froid, l’absence de végétation, les marais, les pierres ont rendu chacun incapable d’améliorer sa condition de vie. Il n’est pas possible de tomber plus bas que Choir. On ne peut qui choir et y déchoir.

 

Les habitants attendent le retour d’Ilinuk, héros de l’île, que la geste populaire a transformé en mythe. Ses douze orteils, anomalie miraculeuse, lui permettaient de se mouvoir avec aisance sur les terres marécageuses et se serait enfui avec une fusée.

 

Les personnages de Beckett attendaient Godot, ceux d’Eric Chevillard fondent leur vie sur l’attente du retour d’Ilinuk. Ils se lamentent et rivalisent d’ingéniosité pour appauvrir leur condition, maudire leur environnement, anéantir la moindre parcelle de bonheur.

 

Le livre se réduit à une longue description des avanies et des noirceurs subies par ces habitants, entrecoupée de la geste d’Ilinuk. L’auteur fourmille d’idées glauques, sinistres, sordides, repoussantes. Je ne résiste pas à vous informer que les habitants de Choir recueillent la bile qu’ils vomissent et la stocke dans de grandes citernes dans lesquelles ils font mariner leur viande, ils nettoient les draps des lits d’hôpitaux et plongent leurs bébés !

 

L’imagination ne manque pas à Eric Chavillard. 

 

Ce livre est sélectionné pour le Prix du Livre Inter 2010.

  

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

 

 

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:13

New york i love you mira nairRéalisé par Mira Nair, Fatih Akin, Allen Hughes, Yvan Attal, Shekhar Kapur  en 2010, avec Hayden Christensen, Rachel Bilson, Andy Garcia.

 

Dans la même approche que Paris je t’aime, sorti en 2006, New York I Love You propose la vision de plusieurs réalisateurs, tous étrangers, de cette ville mythique. Contrairement au film sur Paris, celui-ci présente des histoires davantage liées entre elles par des personnages communs. Parfois le passage d’un réalisateur à un autre s’en trouve d’ailleurs difficile à déceler.

 

Je n’ai pas trouvé, à dire vrai, de vision de New York, mais simplement des récits qui ont pour cadre cette ville, mais qui pourraient, tout aussi bien, se dérouler à Moscou ou à Buenos Aires. C’est me semble-t-il la plus grande limitation de cet exercice. La ville est certes filmée avec la sensibilité de chacun, mais elle ne sert que de cadre sans que l’on puisse y distinguer la typicité qui influerait véritablement sur les histoires.

 

Les récits sont inégaux, certains savoureux, d’autres plus banals. J’en ai aimé particulièrement deux : 1) celle du jeune homme abandonnée par sa compagne pour le bal de promo et qui y emmène la fille du pharmacien 2) celle du pickpocket. La musique se révèle une bonne surprise. Un bon moment de détente ; pas le film de l’année, ni celui du semestre.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 08:27

jacques doillon le premier venuRéalisé par Jacques Doillon en 2008 avec Clémentine Beaugrand, Gérald Thomassin, Guillaume Sorel.
 

 

Camille, une jeune femme rencontre un homme, Costa, au cours d’une soirée, il la viole mais pense qu’elle était consentante. Malgré tout elle va tenter de lui offrir son amour et va chercher à le comprendre. Issu d’un milieu très modeste, il habite dans une ville du nord et a perdu la garde de sa fille. Pour compliquer la situation, un flic, Cyril, copain du héros, couche avec sa femme et noue une relation amibiguë avec Camille.

 

Je n’en raconte pas plus. Les décors sont épurés, le jeu des acteurs minimaliste (d’aucuns pourraient même affirmer qu’ils sous-jouent mal), l’intrigue peine à démarrer et à s’épanouir.

 

Il s’agit sans nul doute d’un film français, dans tout ce que l’acception de ce terme comporte de moquerie vis-à-vis d’un certain intellectualisme de façade, d’une réflexion intimiste, d’une réalisation à l’opposée des films d’actions qu’il est de bon ton de vouer aux gémonies, d’un ennui sans borne.

 

De mon point de vue très partial et caricatural, ce film, s’il était un plat, serait une daube ; s’il était une patisserie ? un flan.

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 08:39

robin-hobb-assassin-quest.jpgrobin hobb assassin quest la voie magiqueFitz et ses nouveaux compagnons, notamment Kettle et ‘la’ ménestrel Starling, se dirigent vers Jhaampe la capitale du royaume des montagnes. Après l’échec de sa tentative d’assassinat de Regal, Fitz s’engage résolument à la recherche de Verity.

 

Je ne vais pas raconter l’histoire pour ne pas déflorer l’intrigue ; Robin Hobb nous entraine dans la vie quotidienne de nos héros et dans l’histoire du royaume des six duchés. L’anglais est toujours aussi agréable à lire, bien que mon livre soit imprimé très près de la reliure, ce qui m’oblige à le casser trop fortement et je n’aime pas cela. Il me reste de mon enfance un respect de l’objet livre qui me conduit à vouloir laisser un livre dans l’état dans lequel je l’ai pris, c'est-à-dire, dans ce cas, neuf !

 

Dans quelques semaines, je m’attaquerai à la dernière partie.

 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

 

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article