Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 07:57

Une-separation---Asghar-Farhadi.jpgRéalisé par par Asghar Farhadi en 2011 avec Leila Hatami, Peyman Moadi, Shahab Hosseini, etc.

 

Le synopsis d’Allociné indique : "Lorsque sa femme le quitte, Nader engage une aide-soignante pour s'occuper de son père malade. Il ignore alors que la jeune femme est enceinte et a accepté ce travail sans l'accord de son mari, un homme psychologiquement instable…"

 

La critique professionnelle a encensé ce film iranien ; cette nationalité ne le prédisposait-il pas aux louanges tant faire du cinéma en un tel pays s’apparente à un acte de liberté ?

 

Le film est centré sur ce couple qui se sépare, la caméra les suit à hauteur de visage, délaissant les interlocuteurs pour l’étude des émotions, des mouvements de sourcils, des bouches et une profondeur des regards. Le réalisateur parvient à nous faire croire en cette histoire et en la vision de deux groupes sociologiques qui se confrontent, chacun restant cohérent dans son univers.

 

J’ai regretté le début du film, long, très long, avant que l’intrigue proprement dite prenne corps. J’avoue m’y être ennuyé, bougeant sur le siège, regardant autour de moi, jouant avec mes doigts ; puis l’histoire m’a absorbé. Je me suis plu à imaginer la fin, à regarder le couple musulman très pratiquant appliquer à la lettre les préceptes (l’aide soignante téléphone même à un comité religieux pour savoir si elle peut nettoyer un vieillard incontinent) qui les enfermeront puis libérerons paradoxalement la vérité. Le couple moderne, bourgeois, fier de sa culture et de son ouverture d’esprit vacille face au souhait d’exil de la femme ; la vérité lui sera cependant tout aussi dure à reconnaître.

 

A l’écran l’image semble sortie d’une pellicule vieillotte, les couleurs sont ternes, la définition pauvre. A l’heure du numérique et de ses parfaites et froides images, certains films conservent encore les joies d’un analogique de naguère mais parfois on se dit que, quand même, la nostalgie ne justifie pas tout !

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

charoufatrop bie 04/08/2011 17:30


je suis une grande amatrice de bon films et ton petit recit ma deja fait voyager
passe une bonne journée
bises charoufa


roro 15/07/2011 21:24


la critique est bonne et petit à petit le film fait un bon parcours dans les salles
je vais aller le voir


Eliane 14/07/2011 21:20


tres belle soirée ! a demain


Souhila 14/07/2011 14:47


Coucou ^^ je passe te faire un petit salut ^-^y

bisous et bien bonne journée ♥♠♥


JeeretGab 14/07/2011 11:24


Bon 14 Juillet.