Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 07:30

Pierre-Alferi---Apres-vous.JPGLe choix de ce roman provient d’une impulsion, comme celle qui incite à prendre un produit que sa position en tête de gondole rend brusquement irrésistible. La quatrième de couverture, remarquable d’accroche, transforma l’impulsion en acte conscient.

 

Ben, Benjamin Puine, vivote de petits boulots, et ne veut pas se créer de contraintes qu’il délègue d’ailleurs à son esclave intérieur. Il vient de se séparer de Sonia, sa copine chez laquelle il vivait, en montant en épingle un minuscule problème. Il se retrouve à sous-louer un appartement au cinquième étage, en bordure de la Liguse, le long d’une rue aux maisons en mauvais états et souvent abandonnées, que ses pas et ses regards vont alors explorer en détail.

 

Les personnages du roman sont croquignolesques ; la Célébrité, gloriole de la télé qui se cache derrière ses lunettes noires et son jardin de plantes hors-sol ; Wahad, mécanicien retapant des Mercedes à partir de pièces venues d’on ne sait où ; Kim, qui creuse trous après trous dans le jardin de la maison qu’il squatte. Le Marcassin, enfant qui courre partout ; Après-vous pilier de bar, Popeye et Rudi deux autres consommateurs très réguliers au Bar Bar ; les squatteurs noirs d’un immeuble désaffecté.

 

Les petits trafics se déroulent avec bonhomie dans le quartier jusqu’à ce que les enlèvements, l’expropriation, les vols, les explosions rendent l’ambiance pesante. Serait-ce l’œuvre de promoteurs véreux qui voudraient bâtir de nouveaux immeubles destinés à une clientèle aisée ? Y-aurait-il un lien avec les frères Maclos, bandits de grands chemins, que l’on disait avoir trouvé refuge dans le village ?

 

Pierre Alféri écrit avec talent ; il possède sans nul doute un style. L’histoire tortueuse nous entraîne, le long des rêveries de Ben et les pièces du puzzle se mettent bien en place. Pourquoi alors suis-je (très) déçu par ce roman ? Très certainement parce que l’accroche de la quatrième de couverture était une arnaque et je hais l’arnaque commerciale en littérature; probablement aussi parce que l’atmosphère du livre pâtit de la nonchalance de son héros.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires