Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 08:00

Maxime-Chattam---La-promesse-des-tenebres.jpgBrady O’Donnel, journaliste new-yorkais qui vient de terminer un reportage pour le National Geographic, cherche un nouveau sujet. Alors quand son ami Pierre lui propose de s’intéresser au monde du porno underground et de rencontrer Ruby, il accepte. La vidéo qu’elle a mise en ligne sur son site dérange Brady tout autant qu’elle l’intéresse ; ligotée, Ruby subit une agression sexuelle extrêmement violente par une bande d’hommes aux cheveux longs. Il s’en dégage une telle dose de douleur que Brady se demande si c’est vraiment une fiction.

 

Lorsque Brady rencontre Ruby dans un quartier abandonné, elle se suicide ; Brady s’enfuit et informe anonymement la police. C’est justement Ananbel, sa femme, qui se charge de l’enquête avec Jack son partenaire. Brady va poursuivre en secret son investigation dans le monde glauque du porno souterrain tandis qu’Annabel conduit les recherches policière.

 

L’auteur nous expose l’extrême perversité qui sous-tend certaines pratiques du X et qui satisfait un public tirant sa satisfaction des humiliations sans cesse plus abjectes faites aux femmes et des viols en groupe complaisamment filmés. Déjà dans le livre de Chris Hedges « L’empire de l’illusion » ce thème apparaissait non comme un phénomène exceptionnel mais comme une tendance du porno actuel à repousser les limites de l’inacceptable. Maxime Chattam utilise donc ce thème racoleur, sûr de rencontrer des lecteurs, en pensant que sous le terme de thriller on peut tout raconter.

 

Mais là on atteint le (bas) fond du roman. Diantre il faut autre chose pour faire une bonne fiction. Et s’il n’y avait l’effarante description du peuple taupe, ces SDFs qui survivent dans le labyrinthe des souterrains de la Grande Pomme, ce livre n’aurait pas même mérité cette chronique.

 

Je m’en veux presque d’avoir cédé au suspens et d’avoir lu le dernier mot de la dernière page. Les précédents romans m’avaient déçus ; celui là me fera définitivement éviter ces livres où la facilité le dispute à la petitesse.

 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Géraldine 12/11/2012 16:54

Ca fait déjà quelque temps que n'ai pas lu Chattam, et pourtant, j'ai toujours un livre de lui dans ma PAL...