Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 08:34

Mardi soir dernier. Je débarrasse de son film protecteur le numéro de février du magazine Lire. Je feuillette avec délectation les suggestions de lecture, les critiques, les nouveautés. Brusquement, un encart publicitaire de plusieurs pages interrompt ma déambulation littéraire. Les couettes, les draps, les taies, les peignoirs et les nappes de la société Linvosges s’étalent sur le papier glacé.

 

Quel rapport entre la littérature et le linge de maison ? Qu’est ce que la régie publicitaire de Lire avait donc bien en tête pour accepter l’offre de ce camelot?

 

Je ne suis pas froissé, je ne sors pas mon armure comme un croisé, ce n’est certes pas en soi un crime ! Je ne dégusterait cependant pas non plus, par un froid polaire, une crêpe avec une grenadine en terrasse à Jersey sans dénoncer l’alliance mercantile du velours de gueux et de la trame ciselée d’une intrigue littéraire charmeuse.

 

Quel lien entre la culture et la couture ? Quel rapport entre Aïda et la toile Vichy ? Comment comparer les bouclettes d’un tissu sans chichi et les impressions moirées que l’on ressent à la description des côtes Aléoutiennes passées par la plume d’un écrivain de métier ?

 

Cette publicité tombe à plat et chiffonne l’âme de ce magazine façonné pour une frange du lectorat, qui dès la couverture, se réjouit de découvrir au fil des pages le contenu du cocon. Les motifs de mépris sont nombreux face à cette panne de dignité. Je plaide pour, qu’à l’unisson, mes amis lecteurs à l'honorable fibre,  passent par le fer de leur lame le ruban qui chaîne et sangle Lire au cadre commercial le plus inepte et froisse ses galons.

 

Un brin de bon sens, ce n’est pas coton tout de même de voir la faille de ce choix! Comme on dit dans ma famille, ils en ont un grain ! Alors, mouillons notre chemise et ne nous laissons pas manger la laine sur le dos ! Réclamons notre part du gâteau (que nappe un poil de chocolat) au soleil!

 

Au zéphyr complice, crions que nous ne serons pas de mèche avec ceux qui ont foulé aux pieds la stature royale de la littérature.

 

Avant d’avoir maille à partir avec les protagonistes de ce billet, je file à l’anglaise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

code reduc Linvosges 12/11/2013 18:13

Je viens de visiter ton blog pour la première fois et non la dernière ! Tout est superbe. Merci et bonne journée ...

Tioufout 27/02/2010 09:44


Oui, Lire file un mauvais coton ...

Quant à Aida et la toile vichy, bravo pour avoir vu le lien! Le petit texte est rempli de mots qui ont un double sens (un sens commun et un sens textile)!


Sibylline 26/02/2010 00:01


Très juste, j'ai vécu exactement la même aventure, de +, ce n° de février, s'il regorgeait de pub, avait peu de pages."Lire" est en train de changer. Je m'inquiète... Déjà qu'ils n'ont plus de
site, s'ils n'ont bientôt plus de magazine, il leur restera quoi?
Par contre, tu dis "Quel rapport entre Aïda et la toile vichy?" Alors là, je peux répondre:
http://images.google.fr/images?hl=fr&source=hp&q=toile+aida&gbv=2&aq=f&oq=


mam 24/01/2010 17:15


bravo pour ce texte
il est vrai que certaines publicites tombent à cote dans plusieurs magazines


Marc 22/01/2010 09:53


Félicitations pour ce brillant texte!