Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:40

La-religieuse---Guillaume-Nicloux.jpgRéalisé en 2013 par Guillaume Nicloux, avec Pauline Etienne, Isabelle Huppert, Louise Bourgoin, etc.

 

A 15 ans, Suzanne entre au couvent pour faire plaisir à ses parents et échapper, sans doute, à un mariage trop rapide. Elle ne s’y plait pas, elle n’a pas la vocation. En ce dix-huitième siècle, la famille endettée pour les mariages des deux sœurs aînées, n’a pas les moyens d’une nouvelle noce et fait pression sur la jeune fille. Malgré les humiliations, Suzanne se bat pour rompre ses vœux et retrouver une place dans le monde profane.

 

Le film commence bien. La tension que subit l’adolescente dans ce couvent, où elle ne trouve de réconfort qu’auprès de la mère supérieure et d’une autre novice, sourd par toutes les images. Austère, la mise en scène rend parfaitement l’esprit en même temps de foi et de coercition qui s’exerce sur les religieuses. On apprécie les instants de ferveur et on se plait à redécouvrir une certaine réalité des pratiques d’enfermement que pratiquaient certains couvents ou monastère. La rebelle, les pensées personnelles hors du cadre rigoriste rythmé par les offices, doivent être anéanties, fut-ce au prix d’un harcèlement et de pénitences physiques et morales à l’opposé des valeurs prônées par le catholicisme.

 

Puis le film s’embourbe. On passe d’une mère supérieure sadique à une autre pratiquant une autre forme de harcèlement, sexuel celui-ci. Et là, sans nier que ces comportements devaient exister, on flirte avec le grotesque et le grand guignol. Comment transformer ce qui pouvait être un hymne à la liberté, une ode à la tolérance, une réflexion sur les pratiques religieuses en une caricature.

 

Alors, bien sûr, on pourra y voir une charge violente contre tous les extrémismes (les voiles des religieuses ne laissant apparaître que l’ovale de leur visage n’est sans doute pas sans rappeler d’autres voiles qui font régulièrement la une des polémiques) et un appel à la résistance contre toute forme d’enfermement et de coercition physique ou morale. Mais cela aurait tout aussi bien pu résulter d’un bon film, non ?

 

Heureusement que Pauline Etienne incarne merveilleusement cette adolescente (elle est très crédible) ; elle sauve un peu ce film, ce que d’autres actrices ne parviennent pas à faire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article

commentaires

Géraldine 04/05/2013 22:56

Manifestement, pour une fois, j'ai bien fait de ne pas aller m'enfermer dans une salle obscure.