Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 08:27

Réalisé par Francis Lawrence en 2007 avec Will Smith, Alice Braga, Charlie Tahan.

 

C’est pendant la première partie d’un voyage en train que j’ai regardé ce film.


Le scénario tient sur un post-it : Pour trouver un médicament contre le cancer, le virus de la rougeole est modifié génétiquement. D’abord efficace, il mute, devient transmissible par l’air et tue la grande majorité de l’humanité, laisse des  zombies redevenus sauvages. Will Smith, médecin colonel dans l’armée, est le seul survivant dans New York et tente de trouver un remède.

 

Le film se laisse bien voir et est même assez agréable au carrefour de la science fiction et du film catastrophe. Les effets spéciaux rendent magnifiquement la ville de New York livrée à l’abandon, où la nature reprend peu à peu ses droits. Ils supportent quelques jolies scènes de batailles entre le héros et les mutants.

 

L’intérêt du film réside pourtant moins dans sa qualité narrative qu’à la mise en image d’un fléau qui tien l’humanité à sa merci : l’arrivée d’un nouveau virus extrêmement contagieux avec un taux de mortalité particulièrement élevé. La globalisation des échanges favorise ensuite la dispersion rapide de l’épidémie.

 

Le virus du film ne provient pas spontanément de la nature mais a été créé / modidié par l’homme ; une erreur ; un médicament trop rapidement mis sur le marché sans que l’étude des effets long terme ne soit préalablement menée. Mais on peut tout aussi bien imaginer qu’un état ou un groupe religieux fabrique puis dissémine une maladie mortelle. Improbable, me direz-vous ? Comment se protéger soi-même de la maladie? Pas d’angélisme : lors de la conquête de l’Amérique, les colons lançaient déjà aux indiens des couvertures contaminées par la variole.

 

Plus que l’histoire, la toile de fond du film (et ce que nous constatons avec la grippe A) incite à l’indulgence face à la faiblesse du scénario.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Cinema
commenter cet article

commentaires