Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 08:00

Gerald-Tenenbaum---L-affinite-des-traces.jpgLa famille d’Edith Behr, exterminée par les Nazis, laisse la très jeune enfant à une famille adoptive, Pap’Zali et Mam’Rachel. Jeune femme Edith obtient de s’inscrire au cours de dactylos Pigier à Nancy et trouve en Mam’Estelle et Pap’Jacquot une nouvelle famille d’adoption. Ne se sentant pas à l’aise dans sa vie et ne veut pas convoler avec celui que le rabin Lazarus a élu pour elle ; alors après avoir réussi un concours de secrétaire dans l’armée elle se retrouve envoyée dans une base du Sud Algérien.

 

Le vol en Noratlas, interminable, la conduit près du village d’In-Amguel dans le Hoggar, en plein cœur du pays des Touaregs, dans un campement où réside plus d’un millier d’hommes et seulement trois femmes. Dans cette base, près d’Oasis 2, Edith va assister à la fin de la guerre d’Algérie, puis à un essai nucléaire conduit dans des conditions de sécurité minimales. Elle va surtout côtoyer puis connaître une famille targuie venue chercher le secours de la médecine française. Les coutumes, les traditions et la langue (tamasheq) de ce peuple nomade du désert la touche profondément comme si les traces que les Touareg lisent si facilement inscrivaient son propre chemin et la menaient à son destin.

 

Logo Aime2

 

Ce livre m’a enthousiasmé. Généralement avare d’admiration, je me suis enivré de ce roman. Pas seulement pour la vision qu’il donne d’une période trouble de l’histoire de France, mais surtout par le cheminement de cette jeune femme, de sa quête d’identité aux tentes sous les étoiles. Porté par une langue magnifique (parfois un peu trop adjectivée) le lyrisme sourd des mots et des images pour peindre le désert et son peuple, faisant voyager le lecteur par une atmosphère propice à l’imagination, au rythme lent des dromadaires.

 

Le texte parsemé de termes empruntés au tamasheq laisse une empreinte bien après que la dernière page a été tournée. Le signe indubitable d’un très bon livre.

 

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Gérald T 26/05/2017 01:42

Bonjour,
À tout hasard, je vous signale que mes deux derniers romans, Peau Vive (La Grande Ourse) et Les Harmoniques (L'Aube) sont parus en 2014 et 2017.
Je serais heureux, à l'occasion d'échanger avec vous sur l'une ou l'autre de ces publications, ou, à tout le moins de connaître votre appréciation.
Bien cordialement
Gérald T.

Tioufout 15/11/2012 20:51

C'est suite à un voyage à Djanet (sud est algérien) que le désert et la culture de ses peuples a exercé un attrait si particulier. L'apparent détachement, la tranquillité se mêlent à une poésie de
la vie et à une réflexion sur la place de l'homme. J'espère y revenir ... entre temps je m'y replonge en livres.

Gérald T 13/11/2012 15:52

Ah, Géraldine, quel bonheur que cette réaction ! ;-)
Si vous souhaitez échanger après lecture, ici ou ailleurs, je suis preneur.
Amicalement,
Gérald

Géraldine 07/11/2012 20:54

Un livre qu'il me faut ! La culture Targuie me fascine et le sud algérien, j'y suis allée me promener alors !!!???