Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 08:35

Je pensais me lasser de Lhassa. Lorsque mon avion d’une petite compagnie quasi inconnue avait touché le sol à Katmandou, j’imaginais que ce pèlerinage sur les traces de mon père, du Népal au Tibet, m’ennuierait rapidement.

 

Le côté « Peace and Love mon frère »  dont il ne cessait de s’enthousiasmer à la fin des repas dominicaux m’énervait et je le montrais. Comment créer de la richesse par la simple magie de fleurs dans les cheveux ? Comment libéraliser le marché, seul vecteur de croissance pour les pays du sud, en fumant des joints allongés sur des nattes ? Comment aimer librement entourés par le sida et les maladies exotiques et contagieuses ?

 

J’avais accueilli ce séjour dans l’Himalaya, dont il m’avait fait présent pour fêter mon diplôme, avec la bienveillance légèrement moqueuse qu’on a parfois pour une vieille tante qui nous offre un ballotin de chocolats de la maison Machin, qui était la meilleure il y a trente ans ! J’y voyais surtout l’occasion de me balader sous les plus hauts sommets du monde et de me la couler douce.

 

Aujourd’hui, dix ans plus tard, mon père revient me voir chaque printemps dans mon monastère de Lhassa. J’y vis modestement, vêtu en toutes saisons d’une robe safran,  qui ne va pas bien à mon teint pâle. J’y consacre mon existence à méditer sur le monde et à prier pour que le peuple tibétain retrouve la liberté. J’écris les chemins de lumière qui mènent au nirvana et j'espère une meilleure réincarnation pour mon prochain passage sur Terre.

 

Mais non, je rigole, je suis devenu trader et je me gave grave de thunes !


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article

commentaires