Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 08:55

 La jungle épaisse m’oppresse. La canopée, à plus de 40 mètres de haut, ne laisse filtrer qu’une faible lumière. Même mon chien, pourtant si curieux d’habitude, trotte près de moi et ne s'éloigne pas les abords de la piste.

 

Soudain, un feulement retentit, puissant et rauque. Le son semble provenir de la petite colline que la piste va bientôt contourner par l’ouest. Mon chien se met à l’arrêt puis détale comme si ce bruit réveillait la mémoire de vieux jeux ou d’anciennes joies. A la réflexion, je doute cependant que dans le square propret où je l’ai si longtemps promené il ait beaucoup noué d’affinités avec des tigres.

 

Mu par le désir de soulager ma conscience envers mon vieux compagnon, dont j’avoue que la constante et veule présence me pèse, je m’aventure dans ses pas. Près d’un trou d’eau parsemé d'algues verdâtres, je retrouve l’artiste du feulement, allongé sur le dos, les quatre pattes en l’air. A ma vue, il se redresse et court vers moi. Je crois ma dernière heure arrivée et tente en vain de me remémorer une prière ou de lancer au ciel ingrat une phrase dont la fulgurance traversera les siècles. Je décide plutôt de prendre la fuite.

 

Le tigre me rattrape et me voici bientôt dans la ridicule position d’une torture retournée. Mais ne voila-t-il pas qu’il se met à me lécher, à me faire la fête en lançant des jappements brefs et aigus de petits chiots. Aller tigrou lui lance-je, suis moi ; tu feras mieux à mes côtés que ce vieux braque.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article

commentaires