Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 08:46

L’odeur puissante de la terre envahit le palanquin et je crois revoir la forêt où, petite, je jouais jadis. Le voyage harassant touche à sa fin ; trois jours et trois nuits depuis Pékin, sous la garde vigilante de dizaines de guerriers.

 

Au loin, déjà, les cris des villageois annoncent mon arrivée. Je descends avec appréhension, un peu fébrile, et je me prosterne devant mes parents. Tellement honorés par ma position enviée de concubine de l’Empereur, je redoute qu’ils ne me considèrent plus comme leur fille mais comme un semi-divinité.

 

La tête toujours baissée, je pénètre dans la salle de cérémonie. Le thé, préparée selon la tradition familiale, remplit la pièce de senteurs qui bercèrent mon enfance. Les dieux, cette année, ont permis la récolte des pointes d’argent, qui libèrent une subtile couleur de mandarine.

 

Jamais je ne connaîtrai plus intense volupté que ce thé emplissant mon palais.


Voir l'origine des désirs théicoles sur Désirs Théicoles : Poésie et loufoquerie autour d’une tasse de thé


Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Désir Théicole
commenter cet article

commentaires

Marc 31/10/2009 16:05


J'adore ces désirs!! un moment de dépaysement, une invitation à la réflexion; Continue!