Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 08:41

Qui n’a pas au moins entendu évoquer l’épopée d’Alain Bombard en 1952, sa traversée de l’atlantique en canot gonflable (style dinghy) muni d’une voile et sans aucun vivre ?


Le but d’Alain Bombard était de prouver que les naufragés, qui pour la plupart à cette époque périssaient en quelques jours, pouvaient survivre grâce à la générosité de la mer. Il partit de Tanger et arriva à la Barbade plus de 50 jours plus tard, en bonne santé. Sa démonstration eut un retentissement important. Ce jeune médecin de 28 ans venait de prouver ce que les marins les plus expérimentés annonçaient comme impossible. Il avait baptisé son embarcation l’Hérétique, ce qui démontrait bien combien son entreprise allait à l’encontre de la pensée dominante.


Les 20 premiers jours, il but de l’eau de mer en quantité modérée, compensant le manque d’eau douce par du jus qu’il extrayait de poissons qu’il parvenait à pêcher.  La chair de ses poissons lui servait de nourriture. La chance voulut qu’il parvienne ensuite à recueillir l’eau de pluie en quantité suffisante pour ne plus boire d’eau de mer.

Alain Bombard narre aussi, en une simple phrase, l’anecdote devenue célèbre, du colmatage d’une légère fuite d’air dans un flotteur grâce à une colle biologique que les hommes seuls sont capables de produire.

Le livre témoigne de la genèse de cette aventure, de l’essai en Méditerranée avec son ami Jack Palmer puis de la traversée de l’Atlantique. Il s’agit d’un récit de voyage, comme un livre de bord romancé. Y chercher des qualités littéraires serait vain, mais l’on prend plaisir à naviguer avec l’auteur et à partager ses souffrances et ses espoirs.

Le livre fut publié je crois en 1956 et il est important de garder en mémoire l’état des connaissances de l’époque et comment les secours se faisaient alors. A l’oublier, le risque est grand de ne pas mesurer avec la bonne toise l’ampleur de ce qu’a effectué Alain Bombard. Le téléphone satellite n’existait pas, les balises Argos non plus, les désalinisateurs d’eau de mer encore moins. Les normes n’imposaient pas même pas aux navires d’avoir autant de place sur des canots de sauvetages que de passagers ! Les matériaux ont depuis énormément progressé ainsi que la stabilité et le confort des canots.

Je conseille ce livre à tous ceux que la mer intéresse et qu’une aventure hors du commun séduit.


Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Célarié 28/12/2014 11:45

Un homme chaleureux, un moment émouvant.

Célarié 28/12/2014 11:45

Un homme chaleureux, un moment émouvant.

Célarié 28/12/2014 11:44

Il est parti de Casablanca où je l'ai interviewé

Tioufout 17/08/2009 13:08

Intéressant aussi par ce que Bombard était de cette race d'homme qui ne suivent pas les normes et les chemins déja tracés.

Géraldine 16/08/2009 20:55

Je ne connaissais pas cette histoire, intéressant.