Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 08:48

Dans Rome, la ville éternelle, un expert d’art Parisien, Henri Valhubert, est découvert mort, empoisonné à la ciguë. L’enquête échoit à l’inspecteur Richard Valence, ancêtre du commissaire Adamsberg, personnage comme Fred Vargas les aime : franc-tireur aux méthodes parfois non conventionnelles.


Le fils d’Henry et ses amis, qui se surnomment, combien étonnamment et avec pédantisme, Claude, Néron et Tibère, vivent à Rome et sont les proches témoins du crime.


La femme d’Henry, Laura Valhubert saura-t-elle expliquer ses allers-retours à Rome ? Quel lien Lorenzo Vitelli, le cardinal ami de la famille, entretient-il avec les dessins de Michel-Ange disparus de la pourtant très surveillée bibliothèque vaticane ?  Je ne vous le dirais pas !


Alors, ceux qui vont mourir te saluent, serait-il un bon Vargas ? Cela reste à voir ou plutôt à lire. Ce livre doit être son deuxième ou troisième et on y retrouve déjà sa prédilection pour les trios religieux (on aura plus tard les évangélistes Marc, Matthias et Lucien). Le mélange du religieux et du profane fera plus tard le bonheur d’auteurs à succès à défaut de bonne littérature, mais Fred Vargas s’abstient avec justesse d’y mêler l’ésotérisme.


Le suspens est relativement bien mené bien que certaines issues se voient (bouchées ou ouvertes) de bien loin. Les personnages, peu fouillés, manquent parfois de cette subtilité qui soutient ses romans actuels. Bref, un Vargas, mais pour les fans et à lire dans les derniers. 


Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires

BMR 28/09/2009 22:06


Ce presque premier roman nous permet de découvrir la construction Vargas de manière quasi transparente : l'auteur s'intéresse avant toute chose à ses personnages : des figures un peu déjantées, des
tronches décalées, des personnalités insolites. Une fois ceux-ci en place et connus du lecteur, la machine se met en marche et nous pond du dialogue poétique et surréaliste, en veux-tu en
voilà.
Au fil des chapitres elle sème de ci delà, le ton badin : une phrase innocente ici, un personnage anodin par là, une Fred Vargasaction insignifiante plus loin, ...
Et puis, au détour d'une page, vient le moment espiègle de la récolte : ça fait plop, plop, et l'on jubile de voir comment elle détourne et assemble toutes les pièces pour dessiner un surprenant
puzzle.


Tioufout 13/08/2009 08:28

"L'homme à l'envers" ou "Pars vite et reviens tard" si tu n'as pas lu le livre sont très bons!

Géraldine 12/08/2009 20:06

Je n'en ai lu qu'un (debout les morts) que je n'ai pas aimé. je retenterais une autre fois mais manifestement, pas avec celui ci !