Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 08:48

Premier contact avec cet auteur qui m’était inconnu jusqu’à ce que le prix du Livre Inter l’annonce dans sa sélection 2009. Il n’a pas gagné mais il vaut le détour.

D’abord parce que le style oscille avec un bonheur équilibriste sur le fil qui sépare l’écriture chichiteuse et la belle langue travaillée.

Ensuite par ce que l’histoire se déroule au Kenya (encore un roman en Afrique comme Equatoria de Patrick Deville). Cette Afrique, Pierre la découvre à la mort de son père, Michel, trouvé étendu nu, les vêtements minutieusement repliés, à l’orée d’un parc.

Pierre, encore bébé fut, ramené en France par sa mère, et ne connaît que très peu de choses de ce père resté au Kenya. Ce père qui a vécu dans un quartier pauvre et qui, par ses actions de soutien,  a su se faire accepter et apprécié du peuple des petites gens.

Pierre découvre par petite touches la vie de son géniteur et cette Afrique magnifique et violente ; Ce voyage sera aussi une aventure familiale et amoureuse ; Pierre rencontrera Anyango, une de ces coureuses des hauts plateaux, qui règnent sur le fond et demi-fond. Des portraits grinçants de quelques expatriés et autres fats anthropologues agrémentent savoureusement le récit.

Ce livre mérité qu’on s’y arrête enfin parce qu’il est narré par ‘Nous autres’, dont je vous laisse découvrir qui ils sont. La distance qu’ils mettent à leur récit et le sentiment parfois d’immanence qui s’en dégage tient pour beaucoup à la beauté de ce livre.

Cliquer ici pour consulter les autres livres / auteurs de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires