Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Langage Stéphanois

Archives

Pages

9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 09:05

Dans La chambre des officiers, premier roman qui l’a rendu célèbre, Marc Dugain nous plonge dans le quotidien de quelques hommes, défigurés lors de la guerre de 14 – 18.
Ces officiers qui ont perdu une partie du visage, souvent suite à un tir ou à un éclat d’obus, sont soignés à l’hôpital du Val-de-Grâce. Adrien, le personnage principal est l’une de ces gueules cassées. Blessé au visage par un tir allemand sur les bords de la Meuse, au tout début de la première guerre mondiale, il restera cinq ans à l’hôpital, pour se reconstruire physiquement.

Le roman aborde avec tact la souffrance de ces hommes sacrifiés dans un conflit qu’ils ne parviennent pas à renier. Il montre la difficulté à affronter ces proches et parfois le rejet que ces derniers manifestent en face de l’horreur des blessures. Une amitié se noue entre trois hommes et une femme basée sur le partage de ces mutilations faciales, sur le soutien mutuel qu’ils s’apportent, sur certains rêves qui les transportent en Afrique, là ou les visages torturés sont traités en héros.

Marc Dugain rappelle aussi combien rapidement, une fois la guerre terminée, la population oubliera vite ces victimes et ils susciteront le dédain ou la peur.

Ce roman, qui se lit très vite, a obtenu 18 prix littéraires que je trouve mérités. Emouvant, il témoigne de la solidarité et de l’amitié qui permettent de surmonter les pires malheur ; il laisse aussi un sentiment de gâchis pour cette guerre, qui, comme toute les autres frappent surtout ceux qui ne les ont pas déclenchées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tioufout - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Tioufout 14/05/2009 21:35

Il faudrait que je regarde le film alors.

Isa 13/05/2009 18:57

J'ai adoré le livre et le film.